"L'Univers dans son ensemble nous échappera toujours"

MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / MGA / Science Photo Library via AFP

Thomas Lepeltier, docteur en astrophysique et chercheur indépendant en histoire et philosophie des sciences, revient pour Sciences et Avenir sur les réflexions sur un possible univers qui aurait précédé le nôtre.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°909, daté novembre 2022.

Sciences et Avenir : À quand remontent les réflexions sur un possible univers qui aurait précédé le nôtre ?

Thomas Lepeltier : Les spéculations sur une phase de l'Univers qui aurait précédé la phase d'expansion actuelle sont anciennes. Elles sont apparues dès le début des années 1920, quand les premiers modèles d'un univers dynamique ont été développés à partir de la relativité générale d'Einstein. Ces interrogations se sont taries à partir des années 1960, lorsque le modèle du Big Bang l'a emporté sur les modèles concurrents - celui de l'état stationnaire en particulier. Avec ce modèle, selon lequel l'Univers se serait développé à partir d'une phase extraordinairement dense et chaude, les scientifiques décrivaient en effet une histoire du cosmos, comme si tout provenait ou émergeait de ce "moment originel" que l'on appelle justement le Big Bang. Mais ils ont été confrontés à une série de problèmes qui a redonné de la vigueur aux spéculations.

Quelles sont ces difficultés ?

L'existence, tout d'abord, d'une singularité initiale - assimilée au Big Bang lui-même - où les équations de la relativité générale divergent et cessent d'être opérantes. Puis l'invention de l'inflation primordiale, cette phase de gonflement faramineux qui se serait produite une fraction de seconde après le Big Bang et apparaît indispensable au modèle. Elle résulterait d'un hypothétique champ d'énergie appelé "inflaton". Or, les versions les plus courantes de cette théorie, dénommées "inflations éternelles", prédisent que la dilatation hyper-rapide s'interromprait dans certaines régions de l'espace, ce qui donnerait naissance à un univers, tout en se poursuivant ailleurs, engendrant ainsi une multitude d'univers. Les cosmologistes se sont retrouvés ainsi débordés par leur projet de décrire l'Univers dans son ensemble, leurs théories les conduisant à chaque fois vers des "au-delà" : soit spatiaux, com[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi