L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte

franceinfo avec AFP
La rapporteure du texte y voit "une avancée majeure pour notre démocratie".

C'est une première à l'échelle européenne. L'Union européenne a trouvé un accord provisoire dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 mars pour protéger les lanceurs d'alerte qui dénonceront des infractions. "Nous avons obtenu un champ d'application large" pour protéger ces personnes, s'est réjouie l'eurodéputée française Virginie Rozière (Alliance progressiste des socialistes et démocrates) lors d'une conférence de presse à Strasbourg. La rapporteure du texte y voit "une avancée majeure pour notre démocratie".

Avec ce texte, encore provisoire, doivent être mis en place des "canaux sûrs" pour que des individus puissent signaler, en interne ou publiquement, des infractions au sein d'une entreprise ou de l'administration, sans craindre des représailles. Il s'agissait de l'un des principaux points de blocage. Certains pays, dont la France, voulaient que la révélation d'informations ait lieu d'abord au sein de l'organisme en cause, puis, si nécessaire, publiquement.

Un "jour historique pour les lanceurs d'alerte"

L'ONG Transparency International a salué un "jour historique pour les lanceurs d'alerte". Pour l'heure, ces personnes, qui révèlent de manière désintéressée un délit ou une menace pour l'intérêt général, sont très (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi