L'Union européenne sanctionne le ministre iranien de la Défense et les Gardiens de la révolution

L'UE a publié ce vendredi 31 mai au Journal officiel une nouvelle volée de sanctions contre l'Iran, et plus spécifiquement les Pasdaran, les Gardiens de la révolution. Trois entités et six individus sont visés.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

Ce ne sont pas les premières sanctions européennes à l'encontre de l'Iran, mais cette fois-ci, elles frappent spécifiquement les drones et missiles que Téhéran fournit à ses alliés.

Sur la liste des Iraniens sanctionnés par les Européens figurent d'abord le ministre de la Défense, Mohammad Reza Gharaei Ashtiani, puis le chef de l'organisation des industries aériennes et enfin Ismael Qaani. C'est le chef de la force al-Qods du corps des Gardiens de la révolution, le successeur de Qassem Soleimani, mort lors d'une frappe américaine en Irak.

Viennent ensuite l'entreprise Kavan Electronics Behrad, avec deux de ses dirigeants. Il s'agit d'une entreprise spécialisée dans les composants et les pièces pour drones aériens. Puis le quartier général de la construction de Khatam al-Anbiya, une société d'ingénierie contrôlée par les Gardiens, mais aussi le général pasdaran Gholam Ali Rashid, qui la dirige. Vient enfin la marine militaire du corps des Gardiens de la révolution, pour son implication dans la livraison de drones et de missiles aux rebelles du Yémen, les Houthis, et au Hezbollah libanais.


Lire la suite sur RFI