Publicité

L'Union européenne en retard dans sa livraison d'obus à l'Ukraine

L'armée ukrainienne a besoin de munitions, et notamment d'obus. Kiev comptait beaucoup sur les promesses de l'Union européenne. Malgré le déblocage d'une nouvelle aide financière de 50 milliards d'euros, sur le plan des munitions, le compte n'y est pas.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell l'a lui-même reconnu, mercredi 31 janvier : l'UE ne pourra pas livrer un million d'obus d'ici mars, comme elle l'avait promis. Jusqu'à présent, seules 330 000 munitions ont été livrées. « Je m'attends à ce que ce chiffre augmente de 200 000 obus » d'ici fin mars, soit « un peu plus de 52% de l'objectif » fixé l'an dernier, a-t-il ajouté.

Si l'Union européenne ne tient pas le rythme, c'est parce que les stocks ne sont pas suffisants et que les industriels ne jouent pas forcément le jeu. Les dirigeants allemand Olaf Scholz, néerlandais Mark Rutte, estonienne Kaja Kallas, tchèque Petr Fiala et danoise Mette Frederiksen ont appelé les Européens à « redoubler leurs efforts » pour s'assurer que le soutien militaire à l'Ukraine dure « aussi longtemps que nécessaire ». « Nous devons donc trouver les moyens d'accélérer la livraison des munitions d'artillerie promises à l'Ukraine », ont-ils écrit dans une lettre commune publiée par le quotidien Financial Times. Plusieurs pays européens, dont la France, l'Italie ou l'Espagne, sont accusés de ne pas en faire assez pour aider l'armée ukrainienne. Paris, qui n'a pas signé cette lettre, s'en défend, et a annoncé en janvier une coalition sur l'artillerie pour mieux aider l'Ukraine.

L'UE se trouve obligée d'accélérer la cadence alors que toute aide américaine est bloquée au Congrès.

(Avec AFP)


Lire la suite sur RFI