L'Union européenne découvre avec surprise l'alliance Australie - USA - Royaume-Uni

·1 min de lecture

Surprise totale au sein de l'Union européenne après l'annonce du pacte de sécurité conclu entre les Etats-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni pour la région indo-pacifique.

Réaction ce jeudi du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell : "Un accord de cette nature n'a pas été cuisiné avant-hier ; ça prend un certain temps. Et malgré ça, non, on a pas été consulté. Cela nous oblige à nouveau, c'est une bonne occasion de le rappeler, de réfléchir à la nécessité de porter haut la question de l'autonomie stratégique de l'Union européenne. C'est une nouvelle preuve du besoin d'exister par nous-mêmes".

A l'autre bout du spectre diplomatique, la Chine a réagi elle aussi. Elle voit d'un mauvais oeil l'arrivée de cette alliance de poids-lourds militaires.

Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires Etrangères : "La coopération des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Australie dans le domaine des sous-marins nucléaires porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionales, intensifie la course aux armements et compromet les efforts internationaux visant à promouvoir la non-prolifération des armes nucléaires. C'est un acte hautement irresponsable".

C'est justement face à la rapide montée en puissance de la marine chinoise dans le Pacifique que l'Australie a décidé d'abandonner les sous-marins conventionnels français et se tourner vers les submersibles nucléaires anglo-américains.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles