La lune de Saturne Mimas cacherait aussi un océan sous sa surface

·1 min de lecture

Il y a plusieurs années déjà, l’hypothèse avait été soulevée. Sous sa croûte de glace, Mimas, un nom de géant pour un tout petit satellite de Saturne — son diamètre est de l’ordre de 400 kilomètres seulement —, cacherait un océan. L’hypothèse était soutenue par des mesures renvoyées par la sonde Cassini (Nasa). Mais les astronomes restaient perplexes. Rien. Absolument rien à la surface du satellite ne permettait de le confirmer.

Superbe image de Mimas, une lune de Saturne qui fait penser à l'Étoile de la mort de Star Wars

« La surface de Mimas est criblée de cratère dont un particulièrement immense – certains y voient même une ressemblance avec l’Étoile de la Mort de Star Wars. Nous pensions que ce n’était qu’un bloc de glace », raconte Alyssa Rhoden, spécialiste de la géophysique de ce type d’objets célestes, dans un communiqué du Southwest Research Institute (SwRI, États-Unis). « Rien à voir avec les surfaces que nous connaissons à d’autres “mondes océaniques intérieurs” qui sont fracturées et qui montrent des signes d’activité géologique. » Et c’est justement en voulant le démontrer que les astronomes ont découvert de nouvelles preuves que le satellite possède bien un océan interne liquide.

Ce qui a trahi le secret de Mimas, c’est la libration enregistrée il y a quelques années déjà maintenant, toujours par la sonde Cassini. Une libration, c’est le nom que les astronomes donnent aux lents mouvements d’oscillation qu’un satellite peut avoir lorsqu’il est vu depuis le corps autour duquel il est en orbite. Or les physiciens savent que le phénomène des marées — dont une partie est causée par la libration en question — a tendance à dissiper de l’énergie sous forme de chaleur dans un satellite. Et dans le cas présent, suffisamment pour qu’un océan liquide persiste sous la croûte glacée de Mimas.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles