"La Lune, Mars : les défis de demain", un hors-série de Paris Match

·2 min de lecture

Découvrez notre hors-série « La Lune, Mars : les défis de demain », 100 pages de photos et de reportages exclusifs consacrées à la conquête de l'espace, en vente à partir du jeudi 5 novembre chez votre marchand de journaux...

Le ciel est à nous

Quel drapeau brandira-t-on sur Mars ? La question s’était déjà posée en juillet 1969, quand Apollo 11 propulsa les premiers astronautes sur la Lune. Lequel, donc? Celui de l’Onu ou celui des Etats-Unis? Deux ans plus tôt, les Nations unies avaient adopté le Traité de l’espace, calqué sur celui qui sanctuarise l’Antarctique. Son objet: fixer, à l’unisson, les principes d’exploration et d’utilisation de l’espace extraatmosphérique, y compris la Lune et les autres corps stellaires.

Ce fut pourtant la bannière étoilée... Le drapeau n’aurait pas dû surgir du module lunaire. Mais le Congrès américain avait discrètement décidé de passer outre le traité international. Et c’est ainsi que Neil Armstrong plaça l’«Old Glory» sur sa tige télescopique aux yeux du monde entier.

Six cents millions de téléspectateurs ont suivi l’alunissage en direct. Combien seront-ils pour l’« amarsissage » ? Si la Lune, éloignée de 384400kilomètres, reste objet de reconquête après tant d’années d’une belle indifférence du grand public – six équipages américains s’y sont rendus –, le défi est bien au-delà: l’objectif est désormais la planète rouge, qui se trouve à plusieurs dizaines de millions de kilomètres, la distance évoluant en fonction de l’alignement de son orbite solaire avec celle de la Terre. Washington a récemment défini les plans futurs de la Nasa: ceux des missions habitées, avec Mars en ligne de mire.

Février 2021 verra la sonde Perseverance se poser sur notre «proche» voisine au terme de sept mois de navigation spatiale et de 480 millions de kilomètres parcourus en courbe. Les vaisseaux spatiaux ne vont pas en ligne droite, mais semblent tirer des bords à la manière des voiliers. Perseverance y retrouvera son aînée,(...)


Lire la suite sur Paris Match