Lundi de Pentecôte : pourquoi ce jour férié n'est pas forcément chômé ?

·2 min de lecture
Chaque année, les entreprises et leurs salariés doivent effectuer une journée de solidarité pour financer l'autonomie des personnes âgées et handicapées. Dans beaucoup d'entreprises, elle est effectuée le lundi de Pentecôte.

Ce lundi 24 mai, c'est le lundi de Pentecôte. S'il fait bien partie des 11 jours fériés prévus par la loi, il reste néanmoins un jour travaillé pour de nombreux salariés. On vous explique pourquoi.

De nombreux salariés vont travailler ce lundi 24 mai. Pourtant, il s'agit du lundi de Pentecôte, l'un des 4 jours fériés de ce mois de mai 2021 et l'un des 11 jours fériés prévus par le code du travail. Mais jour férié ne signifie pas forcément jour chômé.

Depuis 1801, le jour de la Pentecôte était un jour férie, avant de changer de statut en 2004 pour devenir une journée de solidarité en faveur des personnes âgées et des handicapés, suite à la canicule de l’été 2003 qui entraîna la mort de près de 20 000 personnes. Mais depuis 2008, les employeurs peuvent organiser cette journée comme ils le souhaitent. Le lundi de Pentecôte n’est donc plus obligatoirement retenu comme une journée de solidarité, même si c’est encore le cas dans beaucoup d’entreprises. Certains employeurs optent pour la suppression d’un jour de RTT, d'autres imposent de travailler 7 heures supplémentaires réparties tout au long de l’année, tandis que d’autres en font cadeau à leurs salariés.

Si ce n’est pas la Journée de solidarité dans votre entreprise

Si le lundi de Pentecôte n’est pas la journée de solidarité dans votre entreprise, il demeure un jour légalement férié, mais pas chômé. Cela signifie que l'employeur peut imposer aux salariés de venir travailler ce jour férié. 

À LIRE AUSSI >>> Que célèbrent les catholiques lors de la Pentecôte, ce jour férié pas comme les autres ?

Les salariés en CDD et en CDI qui travaillent recevront leur salaire habituel, mais sans majoration de salaire, sauf si les conventions collectives, ou les usages ou les accords d’entreprise indiquent le contraire, rappelle le site de l'inspection du travail. Les autres salariés qui ne travaillent pas sont également payés, car il s’agit d’un jour légalement férié et payé selon l’Article L.3133-3 du Code du travail.

S'il s'agit de la journée de solidarité dans votre entreprise

Si ce jour férié n'est plus automatiquement la journée de solidarité, il peut être travaillé à titre de cette journée d’aide aux personnes âgées si les conventions collectives de l’entreprise l’ont prévu, comme le cite l’Article L.3133-7 du Code du travail. C'est ce que font encore beaucoup d'entreprises aujourd'hui. Dans ce cas, ceux qui travaillent ce jour là ne sont pas payés mais ils peuvent percevoir une majoration de rémunération si l’employeur ou un accord d’entreprise le prévoit.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles