Lula investi au Brésil: Bolsonaro absent, l'écharpe présidentielle remise par des citoyens

Lula reçoit son écharpe présidentielle lors de son investiture des mains d'un groupe de citoyens, dont le chef Raoni Metuktire, à Brasilia le 1er janvier 2023 - Evaristo SA / AFP
Lula reçoit son écharpe présidentielle lors de son investiture des mains d'un groupe de citoyens, dont le chef Raoni Metuktire, à Brasilia le 1er janvier 2023 - Evaristo SA / AFP

Luiz Inacio Lula da Silva, investi dimanche président du Brésil pour un troisième mandat à Brasilia, a reçu, lors des cérémonies, l'écharpe présidentielle des mains de représentants du peuple, dont le chef indigène Raoni Metuktire, en l'absence de Jair Bolsonaro.

La tradition démocratique veut habituellement que le président tout juste élu reçoive le vêtement de son prédécesseur. C'est la première fois depuis 1985, et la fin du régime militaire, que la passation de pouvoir ne s'est pas déroulée comme prévue au Brésil entre l'ancien et le nouveau président.

L'absence de l'ex chef de l'État brésilien était attendue, Jair Bolsonaro ayant choisi de snober les cérémonies d'investiture en quittant le pays deux jours plus tôt, direction les États-Unis.

Un enfant noir, un métallurgiste et un chef indien

En rupture avec le protocole, Lula a remonté la rampe menant au palais présidentiel de Planalto escorté d'un enfant noir, d'un métallurgiste, d'un cuisinier, d'un enseignant et d'un jeune handicapé, parmi d'autres représentants du peuple brésilien.

Dans l'un des moments les plus attendus de la cérémonie, Aline Sousa, une employée noire de 33 ans, a ceint Lula de l'écharpe présidentielle, un ruban de soie vert et jaune serti d'or et de diamants.

Le cacique indigène Raoni Metuktire, chef indien défenseur emblématique de l'Amazonie, aisément identifiable avec son disque labial caractéristique et sa coiffe de plumes jaunes, faisait aussi partie des citoyens désignés pour accompagner le nouveau président.

Pour représenter la France, le ministre délégué au Commerce extérieur hexagonal Olivier Becht était par ailleurs présent.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le président en larmes

En larmes, le nouveau président a embrassé chaque membre du groupe, avant de poser pour les photographes et de saluer les dizaines de milliers de personnes, souvent vêtues de rouge, la couleur de son Parti des Travailleurs (PT), réunies sur la place des Trois Pouvoirs.

Il était accompagné de la Première dame, Rosangela da Silva, alias Janja, organisatrice de la cérémonie, et de leur chien Resistencia, adopté pendant qu'il était en prison, accusé de corruption.

L'icône de la gauche brésilienne, âgée de 77 ans, a été investie pour un troisième mandat à la tête du pays. Il avait déjà occupé le palais présidentiel de 2003 à 2010.

Reclus et quasi-muet depuis sa défaite en octobre, l'ancien président d'extrême droite Jair Bolsonaro s'est de son côté envolé pour la Floride.

Article original publié sur BFMTV.com