L'Ukrainienne Taira témoigne des horreurs de la guerre : "Ils sont sans pité"

Yuliia Paievska, surnommée Taira, était une volontaire ukrainienne dans le domaine médical. Elle a également été chroniqueuse de la bataille de Mariupol.

Lorsque l'invasion de l'Ukraine par la Russie a commencé, elle s'est précipitée sur la ligne de front pour aider les soldats et les civils blessés. S'adressant à Euronews lors d'une visite à Bruxelles, elle a évoqué les horreurs de la guerre.

"J'ai vu les Russes détruire un demi-million de villes, étape par étape, avec leurs frappes aériennes. C'était impensable et c'était vraiment un bombardement continu des infrastructures, des quartiers résidentiels, des maisons. Et j'ai vu une énorme quantité de personnes blessées, des civils parmi lesquels des enfants. Beaucoup d'entre eux ont dû être amputés. Donc c'était très difficile, extrêmement lourd. Et j'ai vu des gens mourir, donc c'était très dur", témoigne Yuliia "Taira" Paievska.

Taira a finalement réussi, avec l'aide de journalistes, à faire passer des heures de vidéo de la ville assiégée, juste avant d'être capturée par les forces pro-russes. Les trois mois de captivité en Russie l'ont traumatisée et ont été le moment le plus difficile de sa vie, dit-elle.

"C'était vraiment inhumain. La captivité et la torture et les cellules spéciales équipées du matériel des bourreaux pour torturer les gens. C'est donc très important et je voudrais vous mettre en garde contre le problème auquel le monde peut être confronté si nous ne l'arrêtons pas ensemble. Nous, et vous. Ils sont sans pitié. Et ils veulent imposer le diktat de la Russie à l'Europe entière. C'est ce qu'ils me disaient quand j'étais en captivité. ", ajoute Taira

Elle s'est rendue à Bruxelles pour mettre en avant la foi des femmes ukrainiennes dans les territoires occupés.

"Beaucoup de femmes sont sous pression. Les envahisseurs les menacent même d'enlever leurs enfants et de les envoyer en Russie à de nouveaux parents adoptifs, malgré le fait que leurs vrais parents soient vivants. Alors parfois, les femmes sont obligées de collaborer avec la puissance occupante".

Taira a également demandé à l'UE de maintenir son soutien à l'Ukraine, qui pourrait être vital pour traverser cet hiver difficile.