L'Ukraine se prépare à évacuer les régions de Kherson et Mykolaïv alors que l'hiver s'installe

L'Ukraine se prépare à évacuer les régions de Kherson et Mykolaïv alors que l'hiver s'installe
Un soldat ukrainien marche devant un bâtiment détruit de l'aéroport international de Kherson dans le village de Chornobaivka, dans la banlieue de Kherson. - BULENT KILIC / AFP
Un soldat ukrainien marche devant un bâtiment détruit de l'aéroport international de Kherson dans le village de Chornobaivka, dans la banlieue de Kherson. - BULENT KILIC / AFP

Une mesure de prévention face à un hiver qui s'annonce rude. Le gouvernement ukrainien est sur le point de commencer à évacuer les régions de Kherson et Mykolaiv, largement touchées par la guerre, rapportent le Guardian et le New York Times.

Alors que les deux régions, situées au sud du pays, ont récemment été reprises des mains des Russes par les forces armées ukrainiennes, un grand nombre d'infrastructures a été endommagé, laissant certains habitants démunis, parfois sans eau courante, sans électricité ni moyen de se chauffer face aux températures hivernales.

Les autorités ukrainiennes craignent de devoir affronter une nouvelle crise humanitaire si les Ukrainiens habitant dans ces zones ne parviennent pas à survivre dans ces conditions, ce qui explique cette décision d'évacuer rapidement. Ils devraient être relocalisés vers le centre et l'ouest du pays, d'après les autorités.

"Une guerre de l'électricité"

Depuis quelques semaines, les forces russes semblent avoir recentré leur stratégie autour de la destruction d'infrastructures clés en termes d'accès à l'énergie et à l'électricité pour les Ukrainiens. Plusieurs centrales nucléaires ont déjà été mises à l'arrêt par l'armée russe depuis le début de la guerre, rappelait dimanche sur BFMTV Sébastien Boussois, spécialiste des relations internationales.

"Ça fait partie de la bataille du côté russe d'essayer de couper les sources d'approvisionnement de lumière et d'énergie des Ukrainiens à l'approche de l'hiver", analysait-il.

Dimanche, des frappes ont touché le secteur de Zaporijjia, laissant indemnes les zones sensibles de la centrale nucléaire. Depuis, Moscou et Kiev se renvoient la balle quant à la responsabilité de ces bombardements.

"On est dans une guerre de l'électricité: tout ce qui fragilise le réseau ukrainien est en faveur des Russes", résumait dimanche le général Pellistrandi, consultant Défense de BFMTV.

Article original publié sur BFMTV.com