L'Ukraine lance une seconde contre-attaque à Izioum

Les événements se précipitent en Ukraine sur le front nord-est où les lignes de défense russes sont en train de s’effondrer dans la région d’Izioum, située entre Kharkiv et le Donbass. Il y a 48 heures, les forces armées ukrainiennes ont lancé une contre-offensive éclair dans ce secteur stratégique : plusieurs dizaines de localités ont été libérées, et désormais, l’armée russe se retrouve en position très délicate.

Avec notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan

Alors que tous les yeux étaient tournés vers Kherson, dans le sud du pays, Kiev vient de prendre l’armée russe à contre-pied. L’Ukraine a profité du fait que les Russes aient déplumé leurs rangs au nord-est de l’Ukraine, pour lancer une contre-attaque éclair dans la région d’Izioum.

En 48 heures, l’armée ukrainienne a enfoncé les lignes russes sur plus de 50 kilomètres. L’offensive s’est d’abord portée sur la ville de Balakliia (27 000 habitants). Puis les groupes d’infanterie, appuyés par des colonnes blindées et par l’artillerie, ont rapidement progressé vers l’Ouest, en direction de Koupiansk, un nœud routier et ferroviaire majeur.

La bataille continue autour de Koupiansk

Volokhiv Yar, Borshchovka... Les images de bourgades libérées ruisselaient sur les réseaux, avec des vidéos de civils qui sortent des immeubles, saluent et embrassent les soldats ukrainiens.

Un haut responsable de l'administration d'occupation de Moscou dans la région, Vitali Gantchev, a affirmé sur la chaîne de télévision russe Rossiia 24 que des « combats acharnés » étaient en cours autour de la ville de Balaklia.


Lire la suite sur RFI