L'Ukraine fustige les appels russes à "pendre" les combattants d'Azov

Un militaire ukrainien à Siversk, dans l'oblast de Donetsk, dans le Donbass, le 22 juillet 2022 - Anatolii STEPANOV / AFP
Un militaire ukrainien à Siversk, dans l'oblast de Donetsk, dans le Donbass, le 22 juillet 2022 - Anatolii STEPANOV / AFP

La diplomatie ukrainienne dénonce les appels russes à "pendre" des combattants du régiment d'Azov.

L'Ukraine a dénoncé ce samedi les appels russes à "pendre" ou infliger une autre "mort humiliante" aux combattants du régiment ukrainien Azov au lendemain d'une frappe contre une prison où étaient détenus certains d'entre eux qui a fait plus de 50 morts.

"Lisez ceci quand ils vous disent que la Russie ne doit pas être isolée. Il n'y a aucune différence entre les diplomates russes appelant à l'exécution des prisonniers de guerre ukrainiens et les troupes russes le faisant à Olenivka. Ils sont tous complices de ces crimes de guerre et doivent en être tenus responsables", a déclaré sur Twitter le porte-parole de la diplomatie ukrainienne Oleg Nikolenko.

Il réagissait au tweet posté vendredi soir en anglais de l'ambassade russe au Royaume-Uni qui a été marqué comme ayant "enfreint les règles de Twitter relatives aux conduites haineuses", mais reste toutefois disponible comme pouvant "présenter un intérêt pour le public".

"La Russie est un État terroriste"

"Les combattants d'Azov méritent d'être exécutés, mais pas par un peloton d'exécution, par pendaison. Ce ne sont pas de vrais soldats. Ils méritent une mort humiliante", peut-on lire dans ce tweet.

La Russie est un État terroriste. Au XXIe siècle, seuls les sauvages et les terroristes peuvent dire au niveau diplomatique que les gens méritent d'être exécutés par pendaison", a pour sa part réagi sur Telegram Andrii Iermak, le chef du cabinet du président Volodymyr Zelensky.

"Crime de guerre délibéré"

Le président ukrainien a qualifié vendredi soir de "crime de guerre russe délibéré" le bombardement vendredi d'une prison à Olenivka, dans la région de Donetsk, sur le territoire occupé dans l'est de l'Ukraine.

Dans un premier temps, c'est Moscou qui avait mis en cause Kiev, le comité d'enquête russe ayant accusé les forces ukrainiennes d'avoir "tiré sur la prison où sont détenus les membres du régiment Azov, utilisant des projectiles américains du système Himars".

Le régiment Azov s'était illustré dans la défense de Marioupol, stratégique au sud-est. Après de longues semaines de siège et de résistance sur le site sidérurgique d'Azovstal, quelque 2.500 combattants ukrainiens s'étaient rendus en mai à l'armée russe.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Prison d'Olenivka bombardée : Zelensky dénonce "un meurtre de masse russe délibéré"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles