L'Ukraine accuse la Russie d'avoir bombardé une ville près de Zaporijia

La centrale nucléaire de Zaporijia, plus grande d'Ukraine et d'Europe. - Ed JONES
La centrale nucléaire de Zaporijia, plus grande d'Ukraine et d'Europe. - Ed JONES

Les autorités ukrainiennes ont accusé mercredi la Russie d'avoir bombardé la ville où se trouve la centrale nucléaire de Zaporijjia (sud), alors qu'une mission de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) y est attendue.

"L'armée russe bombarde Energodar", a déclaré sur Telegram Ievguen Ievtouchenko, chef de l'administration de Nikopol, située en face d'Energodar, de l'autre côté du fleuve Dniepr. "La situation avec ces provocations est dangereuse", a-t-il ajouté.

Dmytro Orlov, maire pro-Kiev d'Energodar, actuellement exilé, a de son côté publié sur Telegram des images du conseil municipal ce cette ville à la façade endommagée. Ce bâtiment se trouve à plusieurs kilomètres du site de la centrale nucléaire.

Ievguen Ievtouchenko a affirmé que les Russes, qui contrôlent Energodar et la centrale, ont bombardé la ville pour en rejeter la responsabilité sur les forces ukrainiennes. "L'objectif de ce spectacle est de créer une image correspondante pour la mission de l'AIEA", a-t-il soutenu.

Une équipe de l'AIEA a quitté Kiev pour se rendre à Zaporijia

Une équipe d'inspection de l'AIEA était en route ce mercredi vers cette centrale nucléaire, cible depuis des semaines de bombardements dont Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité.

"L'AIEA se rend à l'intérieur de la centrale nucléaire de Zaporijjia", a déclaré le directeur de l'agence onusienne, Rafael Grossi, à des journalistes à Kiev mercredi matin, juste avant de partir.

La centrale, la plus grande d'Europe avec ses réacteurs d'une capacité de 1.000 mégawatts chacun, est occupée par l'armée russe depuis début mars, après l'invasion de l'Ukraine lancée le 24 février. Kiev a accusé Moscou d'y avoir déployé des centaines de soldats et d'y stocker des munitions. Elle est tombée aux mains des troupes russes en mars, peu après le lancement par Moscou de son offensive sur l'Ukraine et son site a été visé par plusieurs bombardements.

Article original publié sur BFMTV.com