L'UE s'inquiète des ingérences turques dans la partie nord de Chypre

·1 min de lecture

Les eurodéputés ont débattu ce mardi après-midi, lors de leur session plénière à Bruxelles, du déplacement du président turc dans la partie nord de Chypre il y a une dizaine de jours et de sa volonté de créer une solution à deux États à Chypre.

Avec notre correspondante à Bruxelles, Joana hostein

« Une solution dangereuse, inacceptable qui ne résoudra jamais un conflit vieux de 40 ans. » Les parlementaires n'ont pas caché leur inquiétude et leur mécontentement après les propos de Recep Tayyip Erdogan sur la réouverture partielle de la ville de Varosha, sans concertation préalable avec la partie chypriote grecque. Ce qui équivaut à tirer un trait sur la perspective d'une reprise des négociations pour la réunification de l'île.

« C'est une attaque directe à la souveraineté de Chypre, c'est une violation du droit international, c'est une nouvelle provocation à l'encontre de l'Union européenne », ont renchéri les députés.

► À lire aussi : Chypre: Erdogan appelle à deux États séparés

« L'indulgence européenne a trop duré, estime Arnaud Danjean, Les Républicains (LR). Les revendications d'Erdogan vont bien au-delà de postures nationalistes traditionnelles. Il y a aussi dans cette agitation permanente une forte dimension idéologique, une inspiration islamiste que nous ne pouvons pas ignorer. Ceci est profondément incompatible avec nos valeurs, notre vision du monde et notre mode de vie. »

Les parlementaires demandent aux dirigeants européens d'imposer de nouvelles sanctions ciblées à l'encontre de la Turquie lors du sommet des 10 et 11 décembre. Plusieurs députés de droite ont également demandé de mettre fin, une bonne fois pour toutes, au processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles