L'UE «rejette» le statut d'observateur de Chypre-Nord dans une organisation des États turciques

AP - Vyacheslav Prokofyev

L'Union européenne a « rejeté », samedi 12 novembre, les déclarations de la Turquie sur l'adhésion de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN) comme membre observateur de l'Organisation des États turciques (OET), dénonçant « toute action visant à faciliter (...) la reconnaissance internationale de l'entité sécessionniste chypriote turque ».

Lors d'un sommet de l'OET à Samarcande, en Ouzbékistan, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait « remercié » les membres de cette organisation d'avoir « accepté la République de Chypre-Nord comme membre observateur ». Mais les autres membres de l'OET n'avaient toutefois pas confirmé cette adhésion. L'Ouzbékistan, pays hôte du sommet, et le Kazakhstan jetant même l'incertitude sur l'annonce turque, sans toutefois la démentir formellement.

« Cette décision, en attente de ratification par les membres de l'Organisation, est regrettable et contredit le fait que plusieurs membres de l'Organisation ont exprimé leur soutien ferme au principe de l'intégrité territoriale et à la Charte des Nations unies », a déclaré Peter Stano, le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, dans un communiqué.

La RTCN a proclamé son indépendance unilatéralement en 1983, neuf ans après l'invasion du nord de Chypre par l'armée turque, en réaction à un coup d'État de nationalistes Chypriotes-Grecs qui voulaient rattacher l'île à la Grèce. Cette « déclaration de sécession » a été jugée « juridiquement nulle » par le Conseil de sécurité de l'ONU trois jours plus tard. Chypre reste aujourd'hui divisée, la République de Chypre, membre de l'UE depuis 2004, n'exerçant son autorité que sur la partie sud de l'île.


Lire la suite sur RFI