L'UE impose des droits de douane supplémentaires sur les voitures électriques chinoises

L'UE impose des droits de douane supplémentaires sur les voitures électriques chinoises

Les véhicules électriques à batterie (BEV) fabriqués en Chine seront bientôt soumis à des droits d'importation lorsqu'ils seront introduits sur le marché sans frontières de l'Union européenne, où la demande pour ces produits respectueux de l'environnement a grimpé en flèche ces dernières années.

La Commission européenne a annoncé mercredi la première décision provisoire dans le cadre de son enquête anti-subventions pour les BEV assemblés en Chine, répartis par marques :

  • BYD : 17,4

  • Geely : 20%

  • SAIC : 38,1%.

  • Autres producteurs de BEV en Chine ayant coopéré à l'enquête, mais n'ayant pas fait l'objet d'un échantillonnage individuel : 21%.

  • Autres producteurs de BEV en Chine qui n'ont pas coopéré : 38.1%

Les mesures seront introduites début juillet si la Chine ne propose pas de solutions convaincantes pour remédier à ses pratiques commerciales déloyales de longue date.

Cela signifie que les marques chinoises et occidentales qui exploitent des usines dans le pays asiatique seront touchées par l'augmentation, mais pas de la même manière. La principale entreprise concernée est BYD, basée à Shenzhen, qui vise à conquérir 5 % du marché des BEV dans l'Union européenne.

Ce niveau viendra s'ajouter aux 10 % de droits d'importation existants et va à l'encontre des attentes de l'industrie qui tablait sur 20 %, ce qui laisse penser que les conclusions de la Commission sont très préjudiciables.

Bruxelles craint en effet qu'en raison des généreuses subventions injectées par Pékin, les entreprises européennes ne soient pas en mesure de rivaliser avec les producteurs chinois et soient finalement évincées de ce secteur de plus en plus lucratif, comme cela s'est produit pour les panneaux solaires.

Les ventes de BEV fabriqués en Chine ont rapidement augmenté : de 57 000 nouvelles unités vendues en 2020 à plus de 437 000 en 2023, selon Eurostat, y compris des modèles d'entreprises occidentales comme BMW, Renault et Tesla. Au cours de la même période, la valeur de ces transactions est passée de 631 millions d'euros à 9,66 milliards d'euros.

Une étude de Transport and Environment (T&E) indique que la part de marché des marques chinoises sur le marché européen des BEV est passée de 0,4 % en 2019 à 7,9 % en 2023 et pourrait dépasser les 20 % d'ici 2027 si la tendance se poursuit sans relâche.

La Commission a déjà établi l'existence d'aides d'État à plusieurs niveaux en Chine, qui prennent la forme de subventions, de prêts bon marché, de crédits garantis par l'État, de remises fiscales, d'exonérations de TVA et de prix réduits pour les biens et les services, entre autres.

L'enquête, officiellement lancée en octobre après le discours d'Ursula von der Leyen sur l'état de l'Union, vise à déterminer si cette aide pourrait, à l'avenir, causer un "préjudice" à l'industrie de l'UE. En d'autres termes, des pertes insoutenables de volumes de ventes, de marges bénéficiaires et de parts de marché.

La décision provisoire annoncée mercredi indique que la Commission estime que la menace est réelle et que des mesures radicales sont nécessaires pour éviter le pire.

Il est pratiquement certain que cette décision déclenchera la fureur de Pékin. Le pays a déclaré qu'il ne resterait pas les bras croisés face à l'introduction des taxes, pointant du doigt les secteurs de l'agriculture et de l'aviation de l'UE comme cibles de la riposte.

Attention à l'écart

Les droits de douane supplémentaires sont destinés à rendre les véhicules électriques à basse consommation fabriqués en Chine plus chers à vendre dans l'Union européenne et à rapprocher leurs prix finaux de ceux de leurs rivaux européens, dans le but ultime de créer une concurrence loyale.

Reste à savoir dans quelle mesure l'écart se réduira.

Les entreprises chinoises vendent leurs BEV en Europe à un prix beaucoup plus élevé que dans leur pays d'origine, un phénomène que le groupe Rhodium a décrit comme la "prime de l'UE". Elles disposent donc d'une grande marge de manœuvre pour faire face aux droits de douane, qui pourraient être absorbés en interne sans nécessairement entraîner une hausse des prix à la consommation.

Outre les aides d'État, les producteurs chinois bénéficient également de faibles coûts de main-d'œuvre et d'énergie, d'un accès aisé aux matières premières et d'un écosystème solide pour produire des batteries. En outre, l'économie chinoise connaît un ralentissement alimenté par la faiblesse de la demande intérieure, ce qui a poussé les entreprises à s'appuyer encore davantage sur les exportations à l'étranger.

"Des droits de douane de l'ordre de 40 à 50 % - voire plus élevés pour les fabricants verticalement intégrés comme BYD - seraient probablement nécessaires pour rendre le marché européen inintéressant pour les exportateurs chinois de VE", a déclaré le Rhodium Group dans un rapport publié en avril.

En attente de réaction allemande

Toutefois, il serait risqué pour Bruxelles d'imposer des droits de douane aussi élevés, car les États membres restent divisés sur l'intensité de l'action de l'Union européenne contre les pratiques déloyales de Pékin.

En novembre, les mesures provisoires seront soumises au vote des États membres afin de les rendre permanentes. Dans ce cas, une majorité qualifiée sera nécessaire pour annuler les mesures, un seuil rarement atteint, mais certainement pas impossible à atteindre.

Tous les regards seront tournés vers l'Allemagne, l'un des principaux exportateurs mondiaux de voitures qui, au fil des décennies, a renforcé sa présence en Chine et accru sa dépendance à l'égard de ce marché.

L'Association allemande de l'industrie automobile (VDA), soutenue par des entreprises telles que BMW, Mercedes-Benz et Volkswagen, a déjà clairement exprimé son opposition à des droits de douane supplémentaires, arguant que ceux-ci ne seraient pas "adaptés au renforcement de la compétitivité de l'industrie automobile européenne" et qu'ils pourraient déclencher un "conflit commercial majeur".

La pression de l'industrie, associée aux divisions au sein de la coalition tripartite du chancelier Olaf Scholz, indique que Berlin votera contre les droits de douane en novembre.

La Hongrie, qui a attiré les investissements de BYD, est également considérée comme un opposant garanti. D'autres pays à l'esprit libéral, comme la Suède et l'Irlande, ont exprimé des réserves sans pour autant s'opposer explicitement aux droits de douane.

De l'autre côté du débat, la France, dont les entreprises de construction automobile sont moins exposées au marché chinois, est largement considérée comme le principal soutien de l'enquête. L'Italie a récemment exprimé son soutien à l'initiative et a appelé l'UE à suivre l'exemple des États-Unis, où le président Joe Biden a annoncé des droits de douane de 100 % sur les BEV fabriqués en Chine.