L'UE annule la Journée de l'Europe en Israël en raison du discours d'un ministre d'extrême droite

L'UE annule la Journée de l'Europe en Israël en raison du discours d'un ministre d'extrême droite

La délégation de l'Union européenne en Israël a annulé la réception organisée à l'occasion de la Journée de l'Europe afin d'empêcher un ministre d'extrême droite de prononcer un discours.

"La délégation de l'UE en Israël se réjouit de célébrer la Journée de l'Europe le 9 mai dans son pays d'accueil, comme elle le fait chaque année", a déclaré le service diplomatique de l'UE (Service européen pour l'action extérieure - SEAE) dans un communiqué publié lundi après-midi.

"Malheureusement, cette année, nous avons décidé d'annuler la réception diplomatique habituelle, car nous ne voulons pas offrir une tribune à quelqu'un dont les opinions sont en contradiction avec les valeurs défendues par l'Union européenne", a ajouté le service diplomatique.

Les délégations de l'UE dans le monde entier organiseront mardi des manifestations pour célébrer la Journée de l'Europe. Cette date marque l'anniversaire de la déclaration de Robert Schuman le 9 mai 1950 dans laquelle la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier a été proposée pour la première fois.

Les ambassadeurs des États membres ainsi que les représentants des collectivités locales sont traditionnellement invités.

L'invitation adressée au gouvernement par la délégation de l'UE en Israël a été acceptée ce week-end par Itamar Ben Gvir, ministre de la Sécurité nationale. Il est à la tête du parti ultranationaliste Otzma Yehudit dont les six députés à la Knesset soutiennent le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahou.

L'annonce a suscité la controverse. Les fonctionnaires de l'UE ont exprimé leur malaise à l'idée d'autoriser le ministre à prononcer un discours, comme c'est l'usage.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré lundi à la presse lundi que l'institution "menait des consultations internes et avec ses États membres" sur la marche à suivre.

"Nous ne soutenons pas les opinions politiques de M. Ben Gvir, nous ne soutenons pas les opinions politiques de son parti parce qu'elles sont en contradiction flagrante avec toutes les valeurs et tous les principes que l'Union européenne défend et auxquels elle croit", a ajouté le porte-parole.

Itamar Ben Gvir, qui est responsable des forces de l'ordre du pays dont celles de la police des frontières en Cisjordanie occupée, a été condamné en 2007 pour incitation au racisme contre les Arabes et soutien à une organisation considérée comme un groupe terroriste à la fois par Israël et par les États-Unis.

En réaction à cette annulation, le ministre a estimé sur Twitter qu’"il est honteux que l'UE, qui prétend représenter le multiculturalisme, pratique au contraire le silence".

"Les vrais amis savent comment exprimer leurs critiques et comment les entendre aussi", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration largement citée par les médias israéliens, Itamar Ben Gvir a défendu son droit de prononcer un discours au cours du week-end, écrivant qu'"Israël est une démocratie, et dans une démocratie, on peut entendre des points de vue différents".

Le communiqué ajoute que le ministre souhaitait aborder, entre autres, la guerre commune de l'UE et d'Israël contre le terrorisme et la nécessité de renforcer la coopération dans cette lutte.

La délégation de l'UE en Israël maintiendra toutefois son événement culturel de la Journée de l'Europe pour le public israélien.