LR : le parrain Sarkozy convoque l'inaudible Wauquiez

Libération.fr
Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez, en décembre 2017.

L'ancien président de la République doit discuter, mercredi, avec le chef de Les Républicains. Il lui reproche de ne pas assez rassembler.

Nicolas Sarkozy ne cache plus ses doutes sur la stratégie suivie par Laurent Wauquiez à la tête de LR. L’ex-locataire de l’Elysée reçoit mercredi, à sa demande, le chef du parti qu’il a dirigé, pour lui faire part tout autant de ses inquiétudes que pour lui distiller quelques conseils. C’est la troisième fois que les deux hommes se voient depuis l’élection du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes à la tête de la formation de droite.

La dernière entrevue remonte au mois d’avril, après la divulgation des propos de Laurent Wauquiez devant les étudiants d’une école de commerce de Lyon, quand celui-ci accusait l’ancien chef de l’Etat d’avoir fait mettre sur écoute ses ministres. Wauquiez s’était bien vite rétracté et était allé présenter ses excuses à Nicolas Sarkozy comme on va à Canossa. «Je l’ai pulvérisé» s’était alors vanté Nicolas Sarkozy évoquant l’échange. «Quand je vois que, sitôt à la tête du parti, tu commences comme ça, je me dis que tu n’iras pas loin», avait-il ajouté. Pas sûr que son jugement se soit beaucoup modifié aujourd’hui.

«Responsabilités particulières»

Nicolas Sarkozy ne s’est pas privé de faire part de ses interrogations à ses proches. Il reproche au nouveau patron de la droite de ne suffisamment rassembler son camp. «Nicolas Sarkozy savait flatter et cajoler ses adversaires sans les lâcher avant chaque bureau politique. Ça, Laurent ne sait pas le faire ou alors il ne le fait pas suffisamment. Il n’est pas assez dans le cocooning», explique un fidèle des fidèles de l’ancien chef de l’Etat. Dernier exemple en date, les réserves exprimées publiquement par la vice-présidente et numéro 2 du parti, Virginie Calmels sur le tract «Pour que la France reste la France», diffusé par LR. «Quand on appartient à l’équipe dirigeante, on a des responsabilités particulières. J’attends de Virginie qu’elle le comprenne», (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Un sans-papiers condamné à la prison malgré l'absence d'un interprète parlant son dialecte
Prise d'otages à Paris, rencontre Trump-Kim, «Aquarius»... : l'essentiel de l'actualité de ce mardi
Martinique : France Télévisions condamne l’agression d’un journaliste par un policier
Le projet de loi «Elan» franchit une première étape à l’Assemblée
Une prise d'otages en cours dans le Xe arrondissement à Paris