«Tout va se jouer dans l’emballage final»: Dans les coulisses du combat des chefs de LR

·2 min de lecture

En coulisses avec la droite républicaine qui, face à Macron, Le Pen et Zemmour, lance son opération survie. Ce samedi, les cinq candidats passeront un grand oral devant le conseil national des Républicains à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

«Si je voyais 100 000 militants, je ferais 100 000 votes ! » La soirée s’achève, ce vendredi 12 novembre, à La Baule. Eric Ciotti avale la dernière bouchée de son baba au rhum et se réjouit. Quelque 150 militants se sont déplacés dans la petite salle de la résidence Saint-Saëns où le député des Alpes-Maritimes est venu défendre son projet, sans notes, pendant soixante-quinze minutes. « Il y avait pas mal de “retours de cartes” », lui glisse le maire, Franck Louvrier, président de la fédération départementale LR, désignant ainsi les adhérents qui avaient quitté le parti et y reviennent. « À la télé, tu as cartonné. Tu étais super à l’aise », le félicite Louvrier. « Depuis le débat, quelque chose s’opère », confirme l’intéressé. Il a reçu de nombreux messages de soutien : « On avait une vision du type dur et méchant qui tape sur la sécurité. On m’a découvert. » À La Baule, la salle a applaudi son idée de suppression de l’impôt sur les successions, rebaptisé « taxe sur la mort ». Il se sent proche idéologiquement de Valérie Pécresse : quand il parle de préférence nationale pour les prestations familiales, elle réclame un délai de cinq ans de résidence en France pour les toucher. « Au fond, on dit la même chose. C’est juste qu’il y a encore des mots tabous », estime Ciotti. Il est persuadé qu’elle sera présente au second tour. Et espère bien se trouver face à elle…

Depuis trois mois, les cinq candidats quadrillent les fédérations

Une semaine plus tôt, le 5 novembre, Xavier Bertrand était lui aussi à La Baule dans la même salle, aménagée différemment pour lui permettre de marcher au milieu des 200 militants. « Xavier ne se trompe pas de cible. Il est bien l’opposant numéro un à Emmanuel Macron », constate Franck Louvrier,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles