LR: Ciotti dévoile son "équipe de rassemblement"

Élu en décembre à la tête des Républicains, Éric Ciotti va se doter de deux vice-présidents exécutifs en nommant Aurélien Pradié et François-Xavier Bellamy au sein d'une "équipe de rassemblement" à l'architecture rapidement critiquée par Bruno Retailleau.

"J'ai voulu que cette équipe dirigeante soit (...) le reflet de l'unité retrouvée", a expliqué au Figaro le nouveau président, élu au second tour avec 54% des voix, un succès mesuré l'obligeant à trouver un savant équilibre dans l'organigramme.

Le député du Lot Aurélien Pradié avait réuni 22% des voix au premier tour en promouvant une "droite populaire". L'eurodéputé François-Xavier Bellamy est, lui, un proche de Bruno Retailleau, finaliste de l'élection sur une promesse de renouveau qui avait convaincu 46% des adhérents au second tour.

Bruno Retailleau lui-même a décliné toute "responsabilité majeure" pour "se concentrer sur la présidence du groupe au Sénat", selon M. Ciotti.

Mais le sénateur de Vendée a sèchement réagi à l'annonce de cet organigramme dans la soirée, estimant que celui-ci "ne tient pas compte des équilibres issus du scrutin".

"Nos accords ne sont pas respectés. Je le regrette. La confiance est le préalable indispensable au rassemblement", a-t-il ajouté sur Twitter.

L'organigramme voit la promotion de Rachida Dati, "sans doute aujourd'hui la figure la plus populaire de notre famille politique", à la tête du conseil national. L'ancienne ministre sarkozyste "incarne aussi l'espoir de nous voir conquérir la capitale", ce qui "sera une étape majeure vers les victoires nationales", affirme Éric Ciotti.

Annie Genevard, qui avait assuré l’intérim à la tête de LR, deviendra secrétaire générale et l'ancien négociateur européen pour le Brexit, Michel Barnier, sera en charge des relations internationales.

Quant à la députée des Alpes-maritimes Michèle Tabarot, une proche du nouveau président, elle présidera la commission nationale d'investiture, poste stratégique jusqu'ici occupé par Éric Ciotti.

Le comité stratégique continuera d'intégrer les "grandes figures" du parti telles Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse, ainsi que, côté parlement, Gérard Larcher, Bruno Retailleau et Olivier Marleix.

Éric Ciotti compte nommer "dans les jours qui viennent" un "shadow cabinet" (décalque de gouvernement) d'une vingtaine de membres.

"Nous sommes un parti d'opposition ayant vocation à redevenir un parti de gouvernement et de droite", assure le nouveau patron de LR, pour qui "nous n'avons pas vocation à être les supplétifs d'un pouvoir qui achève sa course".

Sur les retraites, il redit qu'une réforme "est indispensable dans l'intérêt du pays". Mais "nous avons toujours des demandes sur l'amélioration de la situation des petits retraités", ajoute-t-il à la veille d'une journée de mobilisation contre cette réforme.

Interrogé sur le futur projet de loi sur l'immigration de Gérald Darmanin, Éric Ciotti assure qu'il votera "contre ce texte" qu'il qualifie de "leurre" et de "fruit d’un mauvais compromis".

Dans un parti en mal de financement public depuis la débâcle (4,8% des voix) de la présidentielle, Éric Ciotti assure aussi avoir, avec le trésorier Daniel Fasquelle, "ouvert une réflexion" sur le déménagement du siège.

Quant au calendrier de désignation du futur candidat de LR  à la présidentielle de 2027, "je respecterai le choix de Laurent Wauquiez mais je pense qu'il ne faudra pas sortir du bois trop tard", assure Éric Ciotti.

cg/pab/gvy