« Love and Monsters » : que vaut le film d'aventures de Netflix ?

Par Fabrice Dupreuilh
·1 min de lecture
Dylan O'Brien le héros de « Love and  Monsters ».
Dylan O'Brien le héros de « Love and Monsters ».

« Le jour le plus bouleversant de ma vie a été le jour où j'ai perdu tout le monde. Seule une infime partie de l'humanité a survécu et s'est installée sous terre. Depuis ce jour, je n'ai jamais cessé de rechercher Aimée. Et j'ai enfin réussi à la retrouver. » Halte-là ! Ne vous fiez pas à la bande-annonce de Love and Monsters censée attirer les chalands en manque d'amours contrariées. Avec son ton un brin solennel et monocorde, elle ne reflète en rien la richesse du film disponible depuis le 14 avril dernier, sur Netflix.

Encore un teen movie, direz-vous ? C'est vrai. À la différence que ce énième ersatz du voyage initiatique dans un environnement hostile sort gentiment du lot et mérite sa place de numéro un dans le classement des programmes les plus vus de la plateforme. Sans jouer la carte de l'innovation, ce long-métrage privé de grand écran pour cause de pandémie, et rattrapé par Netflix hors États-Unis, renoue avec un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, celui des bons vieux films d'aventures peuplés de monstres pas très gentils, sans autre objectif que de nous divertir.

À LIRE AUSSIEn 2021, Netflix France cible large et privilégie les gros coups

Love and Monsters se déroule dans un monde postapocalyptique où, certes, Dame Nature a repris ses droits, mais où toutes les bestioles à sang froid, transformées en géants voraces, se sont goinfrées de 95 % de la population mondiale. On y suit les aventures de Joel, un jeune adulte mal dégross [...] Lire la suite