Louvres : une femme désorientée retrouvée après deux nuits dehors

Frédéric Naizot
Illustration. Le chien des gendarmes avait repéré la victime à proximité de la rue de Puiseux

D’importantes recherches ont été menées par les gendarmes et les pompiers depuis mardi soir pour retrouver une quinquagénaire qui avait disparu et s’était perdue.


La patrouille de gendarmerie l’a retrouvée frigorifiée et épuisée dans un champ de betteraves, perdue, appuyée contre le mur d’un immeuble en construction où même les ouvriers n’avaient pas remarqué sa présence. Une femme de 56 ans qui avait disparu mardi soir, et qui était activement recherchée depuis, a été retrouvée par une patrouille de gendarmerie du PSIG de Domont ce jeudi matin, à Louvres. Le chien des gendarmes avait repéré la victime à proximité de la rue de Puiseux.

LIRE AUSSI > Les cambrioleurs écumaient le secteur de Luzarches

La femme a été aussitôt prise en charge par les pompiers et une équipe du Samu dépêchés sur place, qui lui ont prodigué les premiers soins. En hypothermie, elle a été évacuée ensuite vers l’hôpital de Gonesse en urgence absolue, après avoir passé autour de 36 heures dehors. Elle a affronté deux nuits entières, avec des températures la nuit dernière en dessous de 0 °C.

Un hélicoptère et un drone en survol

Les gendarmes avaient été alertés de la disparition par le fils de la quinquagénaire. Les gendarmes ont déployé très vite d’importants moyens pour réussir à la localiser. Mais son portable avait assez rapidement cessé d’émettre et la zone de recherche était alors vaste, autour de Fosses et Louvres. Une quarantaine de gendarmes ont été déployés sur le terrain pour la retrouver, dans le cadre juridique d’une disparition inquiétante. Les militaires ont été ensuite renforcés par une équipe des pompiers qui ont mobilisé un second maître-chien. Un hélicoptère a effectué pas moins de trois vols au-dessus du secteur pendant les recherches. Un drone a été également utilisé pour retrouver la disparue.

Une équipe d’enquêteurs de la gendarmerie a été par ailleurs mobilisée pour comprendre le cheminement de la personne. C’est ainsi que le visionnage des différentes caméras de (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

A Argenteuil, des parents lancent un état des lieux des écoles primaires
Goussainville : la question du consentement sera au cœur du procès pour viols
Chaussy : retrouvé dans les caves du château, le tableau de Chazal est sauvé
Vexin : l’extension des carrières Calcia inquiète toujours autant malgré l’avis favorable
Val-d’Oise : voici les grands projets qui vont aboutir cette année