Lourde défaite politique pour Trump qui doit renoncer à réformer Obamacare

Alors que la Russie a posé son veto à la résolution des Nations-Unies visant au lancement d'une enquête internationale en Syrie au sujet de l'attaque chimique présumée, Donald Trump a eu des mots durs contre le pays de Vladimir Poutine et son allié syrien. 

Donald Trump avait fait de la réforme de cette loi l'une des promesses phares de sa campagne. Le vote sur le texte destiné à abroger et à remplacer "Obamacare", la loi santé de l'ex-président Barack Obama, devait initialement se tenir jeudi à la Chambre des représentants, avant d'être reporté au lendemain. Mais ce vendredi, le président Donald Trump a finalement demandé aux Républicains de retirer ce projet pourtant très attendu de réforme de la santé, faute de majorité. 

Jeudi matin, une trentaine d'élus républicains ultra-conservateurs de la Chambre des représentants avaient déjà rencontré le président américain, mais aucun compromis n'avait été trouvé. 

"Nous étions tout près"

Le président américain s'est exprimé suite à cette lourde défaite. "Nous étions tout près" de l'adoption d'une nouvelle loi santé a-t-il assuré, ajoutant que l'actuelle loi sur l'assurance maladie "Obamacare" va "exploser". Il affirme également être un peu "surpris", mais a refusé d'accabler son parti, reportant la faute sur les démocrates pourtant minoritaires. Le président américain a ensuite assuré que son équipe allait "probablement" lancer de suite la réforme fiscale.

Une promesse difficile à tenir

Promulguée il y a sept ans, la loi sur l'assurance-maladie de Barack Obama est la principale cible des Républicains, symbole selon eux d'une socialisation de la médecine. À chaque...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages