Louise Monot est Marion, sur 13eme Rue : "Si je me sens déguisée, je ne crois pas en ce que je fais"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vous voilà dans la peau d’Edwige Marion, commissaire divisionnaire affectée à la Gare du nord de Paris…

Louise Monot : C’est une femme d’aujourd’hui, qui tente à la fois d’être d’une bonne mère pour sa fille adolescente, qu’elle a adoptée, et une bonne flic. Ce n’est pas facile d’assurer sur tous les fronts, mais elle fait ce qu’elle peut. Elle n’est dans une caricature. Au contraire, elle est très humaine. C’est ce qui m’a plu dans ce personnage. Et j’ai aimé le parallèle entre les enquêtes et sa vie privée. J’aurais été moins intéressée par une série policière classique.

Votre rôle est à l’image de la série, sans fioritures !

Nous avions évidement un coiffeur sur le tournage, mais je préférais me faire ma queue de cheval toute seule, parce que j’avais besoin de ce réalisme. J’ai aussi eu envie de me couper les cheveux avant le début du tournage, car je voyais Marion avec une coupe plus simple, naturelle. De la même manière, elle était très peu maquillée… J’aime cette crédibilité. Si je me sens déguisée, je ne crois pas en ce que je fais.

Vous avez tourné 6 épisodes en 40 jours. Quel souvenir en gardez-vous ?

Je n’avais jamais connu un tel rythme. On travaille différemment, et ça a aussi son charme. Dans cet univers d’enquêtes, où il y a beaucoup de pression, ça a servi à la série. Et le fait que ce ne soit pas une grosse machine a créé un vrai esprit d’équipe. Cette dimension humaine me plait beaucoup.

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles