Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, prend sa retraite

·2 min de lecture

Louis Gallois a présidé, ce lundi 4 janvier 2020, la dernière assemblée générale du groupe automobile PSA. Les actionnaires de Peugeot-Citroën ont approuvé la fusion du groupe français avec Fiat Chrysler, pour former Stellantis, le quatrième groupe automobile mondial. Louis Gallois va bientôt quitter la tête de PSA. L’heure de la retraite pour ce serviteur de l’État

« J’ai rarement eu le sentiment autant qu’aujourd’hui de vivre un moment d’histoire », a déclaré l’emblématique président du conseil de surveillance de PSA, Louis Gallois, qui prend sa retraite à l’issue de la fusion de PSA avec Fiat Chrysler.

Une page se tourne pour ce grand capitaine d’industrie. Cet énarque de 77 ans, diplômé d’HEC, a débuté sa carrière à la direction du Trésor, avant de diriger, le cabinet de Jean-Pierre Chevènement, au ministère de l’Industrie. C’est ainsi, qu’il a atterri dans le secteur aéronautique. Il devient, d’abord, le PDG de la Snecma, fabricant de moteurs d’avions, puis de l’Aérospatiale, en 1992.

Patron de gauche

Quatre ans plus tard, il est nommé à la tête de la SNCF. Il rentre à la SNCF dans un contexte extrêmement tendu. Il va y rester dix ans et laisse l’image d’un patron rompu au dialogue social, respecté par les cheminots. C’est là qu’il va se forger une réputation de patron de gauche, préoccupé par les questions sociales.

Il prend, ensuite, la tête du groupe européen d’aéronautique et de défense EADS, devenu Airbus Group. Très attaché au patriotisme économique au sein de ce groupe européen, Louis Gallois défend les intérêts de l'État et des actionnaires, mais est également, respecté par les syndicats. Chez EADS, il reverse une partie importante de sa rémunération à des associations.

► À lire aussi: le mariage Peugeot-Fiat scellé

Homme de confiance de l’État

A partir de 2014, Louis Gallois rejoint PSA (Peugeot-Citroën) où il préside le conseil de surveillance du groupe. Il remplace Thierry Peugeot pour former un tandem à la tête du groupe automobile français, aux côtés de Carlos Tavares, ancien numéro deux de Renault. Louis Gallois préside le conseil de surveillance de PSA, tandis que Carlos Tavares pilote le redressement opérationnel du groupe automobile français.

A l’issue de la fusion avec Fiat Chrysler, Louis Gallois va quitter le conseil de surveillance de PSA. Mais il va continuer ses engagements citoyens, à la Fabrique de l’Industrie, un laboratoire d’idées patronal, pour l’emploi et la lutte contre la pauvreté.