Louis de Funès : sa grande peur sur le tournage du Gendarme se marie

Rediffusé ce 16 juillet sur M6, à 21h, le meilleur épisode de la série des Gendarmes a connu un tournage mouvementé et un de Funès mi-révolté, mi-terrorisé !

18 mai 1968. Tandis le général de Gaulle, écourtant son voyage officiel en Roumanie, est de retour dans un Paris dépavé, en ébullition, le festival de Cannes fait, aussi, sa révolution. François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Berri perturbent la projection du film de Carlos Saura, en compétition, et, rejoints par d'autres cinéastes, dont Louis Malle, Roman Polanski et Claude Lelouch, demandent la suspension de la première manifestation cinématographique mondiale, en solidarité avec ceux qui contestent l'ordre établi à travers le pays. Le lendemain, 19 mai, le festival clôt prématurément sa 21ème édition.

Un pays paralysé... et un film à finir

Et, pendant ce temps, à 80 kilomètres de la Croisette, un tournage s'apprête à débuter comme si rien ne se passait... ou presque ! Dans son livre-référence sur la star comique, "Louis de Funès, grimaces et gloire" (Grasset), Bertrand Dicale raconte comment démarrent, le 20 mai, les prises de vues du troisième volet de la saga tropézienne : "Le gendarme se marie". Alors qu'à la révolte étudiante s'est jointe une crise sociale sans précédent, avec des millions de travailleurs en grève à travers la France, le tournage du film de Jean Girault se déroule comme prévu. Du moins les premiers jours. Ainsi de vrais gendarmes aident-ils la production à utiliser une portion de l'autoroute de l'Esterel en bloquant quelques minutes les véhicules l'empruntant, au prétexte d'un contrôle des papiers des conducteurs. Cependant, dans les studios, et sur les plateaux en extérieurs, techniciens, machinistes et acteurs commencent à être gagnés par le mouvement de grève. Si certains comédiens, d'Alain Delon à Claude Rich, contestent l'automaticité de ce ralliement, le 23 mai marque un tournant : tous les tournages en studios, dans la région parisienne, s'interrompent ; la grève des projectionnistes CGT contraignent, en outre, les salles de cinéma à baisser le rideau. Et sur le plateau du Gendarme (...)

Lire la suite sur Telestar.fr

Le Pacha, W9 : L'amitié fructueuse de Jean Gabin et Michel Audiard
Les souvenirs : quelles sont les différences entre le film et le livre ?
L'été Indien : le tube de Joe Dassin raconté par son coauteur, Claude Lemesle
Steve McQueen : l'enfer de ses derniers jours
I will survive : l'histoire étonnante de l'hymne des Bleus au Mondial 1998