Louis Boyard, le syndicaliste lycéen blessé en manif, n'a pas apprécié l'ironie de Castaner

Rédaction du HuffPost
Le président de l'UNL Louis Boyard, blessé place de la République à Paris le 2 février 2019.

LYCÉENS - Invité de l'émission "Questions politiques" sur France Inter/Francetvinfo/Le Monde ce dimanche 10 février, Christophe Castaner a été interrogé sur le cas de Louis Boyard, président de l'Union nationale des lycéens (UNL), qui affirme avoir eu le pied cassé par un tir de lanceur de balle de défense (LBD), le 2 février à Paris.

"Manifestement, il va bien puisqu'il court de plateau en plateau, a ironisé le ministre de l'Intérieur. Je souris parce que d'abord, on a vu quelques vidéos où ce jeune homme tombe tout seul en descendant de la statue, place de la République. Et là il fait immédiatement un tweet en disant 'j'ai le pied broyé par un tir de LBD'. Il n'y a pas eu de tir de LBD. Les pompiers l'auscultent et jugent inutile de l'amener à l'hôpital."

"Il se rend à l'hôpital, on y considère que ce n'est pas une urgence, il reste un peu dans la salle d'attente et on lui donne une crème anti-inflammatoire. Depuis, on continue à raconter qu'il a été victime d'un tir de LBD ou d'une grenade d'action et il court de plateau en plateau pour redire cela", a encore affirmé Christophe Castaner, qui a aussi précisé que le jeune homme n'avait toujours pas porté plainte (à écouter ci-dessous).

Série de "mensonges"

Après avoir entendu les propos du ministre, le principal intéressé n'a pas tardé à réagir, via un long thread (à lire en intégralité ci-dessous) sur son compte Twitter suivi par plus de 7000 internautes. Louis Boyard y a dénoncé toute une série de "mensonges" du ministre de l'Intérieur durant son intervention dans "Questions politiques", ainsi que la violation du secret médical par celui-ci. "Pour ma plainte (contre Christophe Castaner, NDLR) je la dépose cette semaine, je pourrai y rajouter diffamation avec", a-t-il aussi indiqué.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post