Louane: pourquoi "Joie de vivre" est son album le plus personnel

Philippe Dufreigne, avec Benjamin Pierret
·4 min de lecture
Louane - BFMTV
Louane - BFMTV

L'heure du retour a sonné pour Louane. Après une pause loin de la scène, la chanteuse de 23 ans dévoilera ce vendredi Joie de vivre, son troisième album studio. Porté par les singles Donne-moi ton coeur et Poésie indécise, ce nouveau disque de son propre aveu "assez introspectif et très personnel", s'impose probablement comme le plus intime de sa discographie.

Car depuis sa participation à The Voice, en 2013, la chanteuse ne s'était pas arrêtée. "Je pense qu'à plein de moments ça a été bénéfique pour moi, d'avoir cette vitesse, d'enchaîner les choses", explique-t-elle à BFMTV. "Ça m'a aidée à passer au-dessus de tout ce que j'ai vécu."

https://www.youtube.com/embed/sPsCXm14G58?rel=0

Le "besoin" de prendre une pause

Jusqu'à ce qu'elle prenne quelques distances à l'issue de sa dernière tournée: "Il y a eu des moments compliqués pour moi, où j'avais du mal à me recentrer sur scène, où je ne comprenais pas trop ce qui se passait, où j'étais facilement triste. Et c'est là que le public était le plus porteur et le plus présent pour moi (...) C’est ultra-déroutant de sortir de scène à ce moment-là, en se disant qu'on n'a pas été assez bon, mais que les gens sont trop heureux. D’où le besoin de prendre une pause derrière."

En résulte un album de "montagnes russes émotionnelles", où Louane opère un retour aux sources. Elle revient sur son passé, fait "de moments très heureux comme de moments très difficiles". "Les chansons que j’ai aujourd’hui racontent pour la plupart des choses que j‘ai déjà vécues, avec un recul que j’ai aujourd'hui sur ces questions-là."

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

La "force" de parler du passé

Notamment la disparition de ses parents, en 2013 et 2014. Un sujet qu'elle a déjà parfois évoqué en chanson. Mais cette fois, elle a les armes nécessaires pour en parler en interview:

"Je n'avais pas la force de pouvoir le faire. Et j'avais toujours peur d'être face à des gens qui pour un buzz, pour des vues, n'en auraient rien à faire de me faire du mal, pour pouvoir soutirer des choses qui attireraient l'attention. Je n'ai pas envie d'attirer l'attention sur un drame. Faire pleurer dans les chaumières n'a jamais été mon but (...) Aujourd’hui, me faire du mal, c’est très compliqué. Ça me permet plus de liberté et d’ouverture."

"Quand on est face à la disparition, la perte ou même une rupture, il y a toujours des questions et dans certains cas, on n'a pas de réponse. Il faut apprendre à vivre avec. Moi, j’apprends en écrivant des chansons." Elle précise, dans un sourire: "Après, on s’entend, je n’irai jamais dans les profondeurs de ce que je ressens."

Elle parle également de son devoir envers sa famille: "Ça ne touche pas que moi. Ma première responsabilité là-dedans, c’est de faire attention à ce que, quoi qu’il arrive et que je dise, ce ne soit pas difficile à vivre pour mon entourage."

Chanteuse et mère

Cet album, dans lequel elle chante l'absence, la parentalité, mais aussi l'amour, est empreint de sonorités très actuelles: "assez urbaines, parfois un peu plus électro, raï à certains endroits, de la chanson française, des chansons plus pop, de la ballade...", énumère-t-elle. "Je n'avais pas envie d'avoir de barrières (...) J’ai été très exigeante au niveau des productions de mes chansons, au niveau des textures, des choix vocaux et tout est très paradoxale et différent."

https://www.youtube.com/embed/RsYjfU_IP3A?rel=0

Dans Joie de vivre, Louane parle aussi de transmission. Une question qui s'est imposée à la jeune femme lorsqu'elle est devenue mère, au début de l'année.

"Je parle de mes doutes, de mes peurs. Je pense qu'aucun nouveau parent n’est directement serein. Je sais très bien que je ne serai pas une mère parfaite, parce que personne ne l’est (…) Je sais que je vais me planter, mais comme tout le monde. Alors j’apprendrai et j’essaiera de le faire le moins possible."

Article original publié sur BFMTV.com