"Le Lotus Bleu" ou les tribulations de la couverture de Tintin qui valait 3 millions

Pierre Godon
·1 min de lecture

Elle n'était pas cachée à l'intérieur d'un fétiche arumbaya, ni scellée dans un coffre englouti au fond de la mer par le naufrage de la Licorne. Mais le projet de couverture du Lotus Bleu, cinquième aventure de Tintin, proposée aux enchères par les héritiers Casterman auprès de la maison d'enchères Artcurial, à Paris le 14 janvier prochain, pourrait bien coûter l'équivalent du trésor de Rackham le Rouge.

Elle est estimée entre 2 et 3 millions d'euros. Si les enchérisseurs atteignent la fourchette haute, le record de l'œuvre de bande dessinée la plus chère du monde sera battue. Une vente contestée par les ayants droit d'Hergé. La fameuse société Moulinsart, dirigée par le mari de sa seconde épouse, le redouté Nick Rodwell, conteste la légalité de la vente. Retour sur le parcours tumultueux de cette œuvre.

Vol 714 pour Tournai

Tout commence au début de l'année 1936. Hergé vient de quitter l'éditeur de ses débuts (Le Petit Vingtième, la structure dirigée d'une main de fer par l'abbé Wallez) pour proposer ses histoires à un éditeur professionnel, la maison Casterman. L'enjeu est de taille pour un auteur qui plafonne à l'époque : si Tintin au pays des Soviets s'est vendu à 10 000 exemplaires, les deux aventures suivantes (Tintin au Congo, Tintin en Amérique) dépassent à peine la moitié de ce chiffre. Hergé a envie d'en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi