L'Otan estime que l'explosion en Pologne a "probablement" été causée par la défense anti-aérienne ukrainienne

L'Otan estime que l'explosion en Pologne a "probablement" été causée par la défense anti-aérienne ukrainienne
Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, à Bruxelles le 16 novembre 2022 - John THYS / AFP
Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, à Bruxelles le 16 novembre 2022 - John THYS / AFP

L'enquête avance après l'explosion qui a fait deux morts en Pologne mardi. L'Otan ne dispose "d'aucune indication" permettant d'attribuer cette explosion mortelle à "une attaque délibérée" contre ce pays, a estimé mercredi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

"Notre analyse préliminaire suggère que l'incident a été probablement causé par un missile de système ukrainien de défense anti-aérienne tiré pour défendre le territoire ukrainien contre les missiles de croisière russes", a déclaré Stoltenberg.

Le président polonais, Andrzej Duda, a également jugé "hautement probable", mercredi, que le missile tombé ait été utilisé par la défense ukrainienne, alors que l'explosion avait immédiatement suscité des inquiétudes quant à la possibilité que l'Otan soit directement entraînée dans la guerre que mène la Russie contre l'Ukraine.

L'Ukraine, cible mardi de bombardements massifs sur l'ensemble de son territoire, avait accusé la Russie d'avoir visé la Pologne avec un tir de missile.

"Ce n'est pas la faute de l'Ukraine"

"Une enquête sur cet incident est en cours et nous devons attendre ses résultats", a souligné Jens Stoltenberg, à l'issue d'une réunion des ambassadeurs de l'Otan au siège de l'organisation à Bruxelles.

"Soyons clairs. Ce n'est pas la faute de l'Ukraine", a affirmé le chef de l'Alliance atlantique.

"La Russie porte la responsabilité ultime alors qu'elle poursuit sa guerre illégale contre l'Ukraine. La Russie doit cesser cette guerre insensée", a-t-il martelé, en réitérant le soutien de l'Otan à Kiev dans son "droit à l'auto-défense" et sa pleine solidarité avec la Pologne.

Selon le ministère polonais des Affaires étrangères l'explosion s'est produite à 14h40 GMT mardi. Dans le village de Przewodow où le missile a tué deux personnes, les forces de l'ordre ont formé un barrage infranchissable autour de la zone, a constaté l'AFP. Les sirènes policières retentissent sous un ciel gris et pluvieux.

Soutien et prudence des Occidentaux

Après l'incident, les Occidentaux ont apporté un soutien prudent à la Pologne, le président américain Joe Biden estimant "improbable" que le missile ait été "tiré depuis la Russie".

"Je vais m'assurer que nous puissions déterminer ce qu'il s'est passé exactement" avant de décider d'une réaction, a-t-il ajouté, à l'issue d'une réunion d'urgence mercredi des dirigeants des grandes puissances du G7 (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Canada, Japon), en Indonésie, en marge du sommet G20.

Mao Ning, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a appelé mercredi "toutes les parties concernées" à "rester calmes et faire preuve de retenue afin d'éviter une escalade". Paris appelle aussi à "la plus grande prudence", "beaucoup de pays" de la région disposant du même type de missile, mettant en garde contre "les risques d'escalade importants".

Il est "absolument essentiel d'éviter l'escalade de la guerre en Ukraine", a exhorté le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, réclamant une "enquête approfondie".

Article original publié sur BFMTV.com