Lot : les agriculteurs essaient d’anticiper la sécheresse

Année après année, le niveau du Célé diminue dangereusement, au point d'atteindre un niveau historiquement bas en 2019. À Figeac, ce ruisseau est l'unique ressource en eau potable qui alimente les 25 000 habitants. C'est pour cela que Karine Sudre veille dessus comme le lait sur le feu. Il a fallu "implanter des cailloux de fortes dimensions pour faire remonter le niveau du Célé en amont et se sécuriser au niveau du captage un peu plus haut", explique la technicienne en eau et assainissement de la ville. De plus en plus de sécheresses Une manoeuvre qui sert à "assurer la production d’eau potable et ne pas couper l'eau aux habitants de Figeac et être obligé de distribuer des bouteilles d'eau", explique-t-elle. Dans le Lot, les agriculteurs se préparent aux sécheresses et parfois même anticipent en stockant l'eau de pluie l'hiver. C’est ce que fait Christophe Canal, président de la Chambre d’agriculture du Lot. De projets qu’il aimerait voir se multiplier, mais qui se heurtent bien souvent à des contraintes environnementales.