Lors de ses voeux à la presse, Dupont-Aignan pose la question de la destitution de Macron

·2 min de lecture

Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la prochaine présidentielle, a présenté ses voeux à la presse jeudi. Une conférence au cours de laquelle il a critiqué la gestion de la crise sanitaire et s'est demandé s'il ne faut pas destituer Emmanuel Macron. 

Lors de ses vœux à la presse, Nicolas Dupont-Aignan s’est demandé s'il ne faut pas destituer Emmanuel Macron. «A force d'être enfermés, provoqués, méprisés, attention les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir le révoquer. On ne compte plus les appels au déclenchement de l'article 68 (de la Constitution) sur la destitution du président de la République», a-t-il affirmé. «Faudra-t-il en arriver là, pour qu'il rende des comptes à la nation, pour qu'il cesse de détruire notre démocratie, pour qu'il cesse de nuire?», a poursuivi le candidat souverainiste à la présidentielle, crédité de 7% des voix dans un récent sondage Harris Interactive.

«Il y a urgence à changer de politique avant l'explosion populaire», a ajouté le député qui ne souhaite «pas qu'on en arrive là» parce qu'il est «respectueux des institutions».

"Marine Le Pen n'est pas la meilleure joueuse à mettre sur le terrain pour battre Emmanuel Macron"

Alors qu’un troisième confinement de la France plane et semble inéluctable, Nicolas Dupont-Aignan souligne qu’« à un moment, quand des ordres sont stupides et inefficaces, le peuple se rebelle ». Opposé à «l'enfermement à perpétuité », il propose comme solutions : «rendre le contrôle effectif» aux frontières, distribuer des masques FFP2 aux plus fragiles, doubler les lits de réanimation.

Lire aussi : Confinement, déconfinement, reconfinement: la France au bord de la crise de nerfs

L’ancien allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017 – qui aurait été choisi Premier ministre si elle avait été élue- n’a pas ménagé la leader du Rassemblement national. Réagissant à un second duel Macron-Le Pen, au second tour de 2022, celui qui fait désormais cavalier seul a commenté : «C'est un peu comme(...)


Lire la suite sur Paris Match