Lors de son «Urbi et orbi», François demande de ne pas s'«habituer à la guerre» en Ukraine

·1 min de lecture
© TIZIANA FABI / AFP

Une grande première, après deux ans de pandémie . Le pape François a célébré ce dimanche la messe de Pâques. À midi, il a prononcé sa traditionnelle bénédiction de Pâques Urbi et orbi. Un message très politique sur l'Ukraine, avec un appel à la paix adressé aux nations. Le pape a répété le mot "paix" plus d'une vingtaine de fois dans son message pascal. Mais François a livré un message empreint surtout d'amertume et de tristesse. "Nous avons vu trop de sang, trop de violence", a-t-il lancé depuis la loggia de la basilique, ce petit balcon qui donne sur la place Saint-Pierre où s'étaient réunies tout à l'heure 50.000 personnes.

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

Ce sont des paroles qui étaient surtout adressées à l'Ukraine , aux Ukrainiens, à ces "frères et sœurs" qui "ont dû s'enfermer pour se protéger des bombes". Il regrette qu'il y ait "encore en nous l'esprit de Caïn, qui regarde Abel non comme un frère, mais comme un rival, et réfléchit à la manière de l'éliminer". Pour le pape, ce Caïn n'est pas seulement la Russie, mais tous les agresseurs autour du monde, partout où les gens souffrent d'un conflit.

Moscou n'est pas mentionné dans ce message pascal, mais on le devine derrière quelques passages. Lorsque François mentionne la "haine fratricide", par exemple, ou encore lorsqu'il implore que l'on cesse de "montrer nos muscles pendant que les gens souffrent". Le pape tente aussi de nous mettre à contribution en exhortant l...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles