Lors de son investiture, Lula promet de « reconstruire » le Brésil après le bilan « désastreux » de Bolsonaro

© Andre Penner/AP/SIPA

Les mauvaises langues diront que Jaïr Bolsonaro a eu raison de partir en Floride avant ce dimanche , tant Lula s'est montré offensif contre prédécesseur. Pour sa cérémonie d'investiture ce dimanche, le nouveau président brésilien a accusé l'ancien président d'extrême droite d'avoir « épuisé les ressources de la santé, démantelé l'éducation, la culture, la science et la technologie et détruit la protection de l'environnement ».

Il a assuré en outre que son pays, grande puissance agricole, n'avait « pas besoin de déboiser » pour soutenir son agriculture. « Nous allons pouvoir vivre sans abattre des arbres, sans brûler » des forêts, a-t-il assuré, rappelant son objectif de « déforestation zéro en Amazonie », alors que la communauté internationale attend de lui des gestes forts.

Une minute de silence en hommage à Pelé

Cette cérémonie était placée sous haute sécurité  à cause de militants d'extrême droite qui ne reconnaissent toujours pas la victoire de Lula. Tout comme Jaïr Bolsonaro qui a donc quitté le Brésil depuis quarante-huit heures et ne remettra pas l'écharpe présidentielle à son successeur comme le veut la tradition démocratique, ce qui ne s'est pas produit depuis 1985 et la fin du régime militaire.

La cérémonie avait démarré par une minute de silence en hommage à la légende brésilienne du football, Pelé, décédé jeudi , et au pape émérite Benoît XVI , mort samedi. Après son discours très offensif, Lula a été ovationné par une partie du Congrès aux cris de « Lula guerrier...


Lire la suite sur LeJDD