Lors des sorties scolaires, il agressait sexuellement les camarades de classe de sa fille

·2 min de lecture
Lors de l'audience, le sexagénaire a expliqué avoir "une attirance pour les petites filles." (Photo d'illustration, Getty Images/iStockphoto)

L'homme a agressé neuf enfants entre janvier 2016 et novembre 2020, lors de sorties scolaires.

Un homme de 61 ans a été jugé ce mercredi 30 juin par le tribunal correctionnel Nantes (Loire-Atlantique) pour s’être livré à des attouchements sexuels sur neuf camarades de classe de sa fille, entre janvier 2016 et novembre 2020, lors de sorties scolaires, rapporte Le Parisien.

Retraité, père de quatre enfants, le prévenu est un ancien chauffeur de bus de la RATP. Il était venu s'installer à Saint-Colomban, une commune de 3 500 habitants au sud de Nantes. Il participait alors régulièrement aux sorties scolaires de sa fille, née d'une seconde union, âgée d'aujourd'hui 10 ans. 

Il avait tissé des liens forts avec les enfants depuis la petite section et a avoué avoir vu grandir ses victimes au fil des années. 

9 enfants victimes 

C'est la directrice de l'école qui a lancé une procédure d'information préoccupante. Une petite fille lui avait dit "avoir été touchée par le papa d’une autre enfant." 

Les agressions sexuelles ont été commises en majorité lors des sorties scolaires mais également au domicile du prévenu. Il accueillait parfois "la meilleure amie de sa fille" pour qu'elles puissent jouer ensemble. Au total, huit fillettes et un petit garçon ont fait état de ces agressions. 

Lors de l'audience, le sexagénaire a expliqué avoir "une attirance pour les petites filles" mais nie avoir agressé le petit garçon alors que ses camarades de classe étaient témoins. 

Une peine de 24 mois

L'homme a été condamné à 8 mois de prison ferme et 16 mois avec sursis probatoire pendant deux ans : il aura obligation de se soigner, interdiction d’entrer en contact avec les victimes, de paraître à Saint-Colomban et d’exercer toute activité impliquant un contact avec des mineurs. 

Le retraité qui bénéficie d'un aménagement de peine, reviendra en région parisienne avec sa famille. Il pourra purger sa peine de prison ferme à son domicile, avec un bracelet électronique. 

Les victimes seront également indemnisées. Le montant sera décidé lors d'une audience prévue le 11 mars 2022. 

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles