L'origine des jets des trous noirs supermassifs révélée par les champs magnétiques de M87*

·1 min de lecture

C’est fin novembre 1915 qu’Albert Einstein a exposé la forme finale de sa théorie de la relativité générale, jalonnée au cours des précédentes années par plusieurs publications cherchant à rendre compatible la théorie de la gravitation de Newton avec la théorie de la relativité restreinte.

Un mois plus tard, ayant sans doute suivi depuis un moment déjà les travaux d’Einstein et bien qu’il soit sur le front de l’Est en lutte contre la Russie, l'astronome allemand Karl Schwarzschild trouve deux solutions des équations d’Einstein décrivant le champ de gravitation à l’extérieur puis à l’intérieur d’une étoile idéalisée, supposée parfaitement sphérique et avec un contenu de matière uniformément dense. La solution ne décrit pas une étoile en rotation et à l’époque, la solution concernant l’espace vide autour de l’étoile n’est pas encore correctement comprise mais on prend conscience assez rapidement qu’elle pose potentiellement des problèmes avec des pathologies liés à la notion de singularité en mathématique, mais aussi en physique. Nous le savons aujourd’hui, cette solution décrit tous les trous noirs sans rotation et avec une masse.

La galaxie elliptique M87 abrite plusieurs milliers de milliards d'étoiles, un trou noir supermassif et une famille d'environ 15.000 amas globulaires. À titre de comparaison, notre galaxie de la Voie lactée ne contient que quelques centaines de milliards d'étoiles et environ 150 amas globulaires. Cette image de M87 en fausses couleurs est en réalité composite et a été formée à partir d'observations de Hubble en lumière visible et infrarouge. On voit clairement un jet de matière que l'on sait associé au trou noir M87* imagé en 2019 par les membres de l'Event Horizon Telescope. © Nasa, ESA and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA); P. Cote (Herzberg Institute of Astrophysics) E. Baltz (Stanford University)
La galaxie elliptique M87 abrite plusieurs milliers de milliards d'étoiles, un trou noir supermassif et une famille d'environ 15.000 amas globulaires. À titre de comparaison, notre galaxie de la Voie lactée ne contient que quelques centaines de milliards d'étoiles et environ 150 amas globulaires. Cette image de M87 en fausses couleurs est en réalité composite et a été formée à partir d'observations de Hubble en lumière visible et infrarouge. On voit clairement un jet de matière que l'on sait associé au trou noir M87* imagé en 2019 par les membres de l'Event Horizon Telescope. © Nasa, ESA and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA); P. Cote (Herzberg Institute of Astrophysics) E. Baltz (Stanford University)

L'énigme des quasars

Quelques années après la découverte de Karl Schwarzschild, l'astronome états-unien Heber Curtis remarque en 1918 une...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura