L'origine du coronavirus interpelle Marine Le Pen, mais des chercheurs ont déjà la réponse

Thibaut Derex
·3 min de lecture
Comme de nombreux chefs de partie, Marine Le Pen était également en faveur du report du second tour des municipales. (Photo: ASSOCIATED PRESS)
Comme de nombreux chefs de partie, Marine Le Pen était également en faveur du report du second tour des municipales. (Photo: ASSOCIATED PRESS)

CORONAVIRUS - Ce lundi 30 mars, Marine Le Pen a expliqué qu’il est normal que les “gens s’interrogent pour savoir si ce virus est d’origine ‘naturelle’ ou s’il ne peut pas s’être échappé d’un laboratoire” lors d’une interview à Franceinfo. Si les électeurs du Rassemblement National peuvent se montrer adeptes des théories du complot, la présidente du RN estime qu’il s’agit là d’une simple “question de bon sens”. Heureusement, la science nous a déjà apporté une réponse.

Depuis son apparition en Chine en décembre 2019, le Covid-19 a tué plus de 35.000 personnes à travers le monde. Trouver son origine a été l’une des premières questions que se sont posées les chercheurs. Dans leurs recherches, ils n’ont pas exclu que le virus puisse avoir été créé par l’humain. De plus, la présence d’un institut de virologie à Wuhan, épicentre de l’épidémie, a alimenté de nombreuses théories.

Dans une étude du 17 mars 2020, publiée dans Nature, les scientifiques ont comparé le SRAS-CoV-2 avec les six autres coronavirus connus pour toucher l’être humain. Voici ce qu’ils rapportent: “nos analyses montrent clairement que le SRAS-CoV-2 n’est pas une construction de laboratoire ou un virus délibérément modifié”.

Ni créé, ni échappé d’un laboratoire

Kristian Andersen, chercheur en maladies infectieuses à l’Institut de recherche Scripps de La Jolla et co-auteur de l’étude, est parti du principe que “cette théorie selon laquelle le virus a une origine non naturelle est une hypothèse potentiellement sérieuse”.

Mais rapidement, il s’est avéré que la composition du virus était différente de ceux déjà connus. Il a pour origine un ou des virus qui étaient inconnus dans la nature et ne peut donc vraisemblablement pas avoir été créé par l’homme.

Au 30 mars, l'épidémie de Covid-19 a infecté plus de 700.000 personnes à travers le monde.  (Photo: Radoslav  Zilinsky via Getty Images)
Au 30 mars, l'épidémie de Covid-19 a infecté plus de 700.000 personnes à travers le monde.  (Photo: Radoslav Zilinsky via Getty Images)

Robert Garry, virologue à l’Université Tulane de la Nouvelle-Orléans, détaille: “Ce n’est pas un virus que quelqu’un aurait conçu et bricolé. Il a trop de fonctionnalités distinctes, dont certaines sont contre-intuitives”. Il ajoute même: “Vous ne feriez pas cela si vous essayiez de créer un virus plus mortel”.

Si des scientifiques l’avaient délibérément conçu, ils n’auraient pas modifié les gènes du virus de cette manière, car cela va à l’encontre de tout ce que les modèles informatiques ont indiqué jusqu’à présent. La nature a trouvé un moyen de muter le virus d’une manière plus performante que celle des scientifiques selon l’étude.

À l’inverse, le Covid-19 est comparable à d’autres coronavirus qui ont été découverts chez la chauve-souris et le pangolin, après l’émergence de l’épidémie. Cela montre que la maladie est passée directement de l’animal à l’homme.

Selon toute vraisemblance, le SRAS-CoV-2 a bien une origine naturelle et est passé de l’animal à l’homme, sans d’autres interventions. Ce jeudi 26 mars, dans ScienceNews, Emma Hodcroft, épidémiologiste moléculaire à l’Université de Bâle, concluait simplement: “Ce n’est qu’une autre maladie qui déborde des animaux sur les êtres humains”.

Voir également sur Le HuffPost: Coronavirus : comment contrôler une épidémie, mode d’emploi

LIRE AUSSI

Tests et coronavirus: pourquoi la France ne copie pas l'Allemagne ?

La date des JO de Tokyo connue, début le 23 juillet 2021

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.