Lorient/PSG: Pour leur 1er match post-Barça, les Parisiens sauvent les meubles

Maxime Bourdeau

SPORT - Ceux qui espéraient une réaction spectaculaire du PSG après sa déroute à Barcelone (1-6) en ont été pour leurs frais, ce dimanche 12 mars, avec un succès étriqué (1-2) chez la lanterne rouge, Lorient, pour la 29e journée de Ligue 1.

Contrairement aux deux dernières saisons où le club de la capitale avait passé sa frustration après une élimination européenne sur ses adversaires, étrillant Lille (5-1), puis Caen (6-0), Paris se contentera de ce petit succès qui lui permet d'être seul 2e, avec 65 points, à trois unités de Monaco.

Cette 9e victoire consécutive contre Lorient -plus grand souffre-douleur des Parisiens après Nantes (11 défaites de rang)- ne change pas grand chose à la situation de la lanterne rouge, qui reste à 22 points, six de moins que Dijon, 17e et premier non-relégable.

Tout le monde guettait la réaction des hommes d'Unai Emery après leur élimination aussi humiliante qu'historique en Ligue des champions en milieu de semaine. On ne peut pas dire qu'elle ait été très impressionnante, tant cette victoire contre des Merlus, qui restaient sur cinq défaites toutes compétitions confondues, était le minimum syndical.

Accueillis par des applaudissements pour leur échauffement par les spectateurs du Moustoir, preuve que le public français ne leur tient pas trop rigueur de leur mésaventure européenne, Paris, avec huit des onze titulaires du Camp Nou, a dû compter sur deux coups de pouce lorientais pour marquer.

Le premier but par Benjamin Jeannot, à la lutte avec Edinson Cavani au premier poteau, suite à un corner, qui a dévié le ballon dans ses propres cages (0-1, 28e). Le deuxième avec un Benjamin Lecomte pas exempt de tout reproche sur la frappe plongeante de Christophe Nkunku, titularisé au milieu de terrain avec Adrien Rabiot et Javier Pastore, en l'absence de Marco Verratti, Thiago Motta et Blaise Matuidi (0-2, 52e).

Pour le reste, le trio Angel Di Maria, Cavani et Julian Draxler en attaque n'a pas particulièrement brillé. La faute...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages