Lorena Wiebes, surdouée du sprint et premier maillot jaune de l'histoire du Tour de France Femmes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Jeff Pachoud, AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À 23 ans, la Néerlandaise Lorena Wiebes (DSM) a déjà remporté 52 courses dans sa carrière. Dernière victoire en date dimanche sur la première étape du Tour de France Femmes à Paris.

Qui peut arrêter Lorena Wiebes lors d'un sprint ? La Néerlandaise de 23 ans a encore prouvé son statut de meilleure sprinteuse au monde, dimanche 24 juillet, en remportant la première étape du Tour de France Femmes, lui permettant de revêtir un historique maillot jaune.

Est-ce l'habitude des podiums ? Toujours est-il qu'au moment d'obtenir la précieuse tunique, elle a tenu le solennel à distance. Elle est montée avec un bébé. Pas le sien. "J'ai fait un pari avec une amie, je lui ai dit que j'essaierai de le prendre avec moi. (...) Ce n'est pas mon bébé, sans quoi je pense que je n'aurais pas pu être ici, je pense", a-t-elle dit en souriant. Le chérubin, lui, a peu goûté la plaisanterie. Il était en pleurs durant la séquence.

Mais malgré cette légèreté, Lorena Wiebes était venue sur les Champs-Élysées déterminée. Elle avait d'ailleurs annoncé la couleur sur ses ongles, vernis jaune sur la main gauche, vert sur celle de droite. Comme la couleur des deux maillots qu'elle a obtenus avec sa victoire autoritaire.

Pour s'imposer, la Néerlandaise s'est montrée meilleure que sa compatriote, la légende Marianne Vos. Pour tenter de s'imposer, la triple championne du monde (2006, 2012 et 2013), a lancé le sprint de loin pour tenter de s'imposer sur l'avenue parisienne, comme en 2014, quand elle avait enlevé la première édition de La Course by Le Tour sur ces mêmes pavés. Mais Wiebes, bien replacée dans l'ultime virage, n'a pas été surprise dans ce douzième tour du circuit autour du jardin des Tuileries et sur les Champs-Élysées, emprunté par les hommes en début de soirée.

>> À voir aussi ActuElles : Le retour du Tour de France Femmes, une étape majeure pour le cyclisme féminin

"Les filles ont fait un travail incroyable. J'ai pu réaccélérer pour passer devant Marianne sur la ligne", a loué Wiebes à l'issue des 82 km, consciente que la meilleure sprinteuse au monde ne peut souvent rien faire en l'absence d'un "train" d'équipières efficace pour rouler sur les échappées et l'amener dans les meilleures conditions aux derniers hectomètres où elle fait parler sa puissance.

Des victoires précoces

Les premiers amours sportifs de Lorena Wiebes n'étaient pourtant pas le vélo : elle s'est d'abord passionnée pour la gymnastique puis le football. Puis, elle a d'abord préféré le cyclocross avant d'enfin de s'adonner à la route à l'âge de 14 ans.

Bien lui en a pris. La fusée de DSM fonce sur son vélo comme dans la vie : elle est passée professionnelle dès ses 18 ans. Sa victoire sur les Champs-Élysées était déjà la 52e de sa carrière à seulement 23 ans, sans aucun doute la plus grande. "C'était l'objectif depuis le début de la saison", a-t-elle livré en conférence de presse. Je me suis mis la pression moi-même dès que j'ai vu le parcours."

Ses talents de pure sprinteuse lui ont déjà offert un palmarès long comme le bras. En 2019, elle est devenue championne des Pays-Bas, une véritable performance tant le pays survole le cyclisme féminin. Cette année, elle finit numéro 1 mondiale à l'âge de seulement 20 ans, après avoir levé les bras 15 fois dans l'année.

Sur l'année 2022, elle est en lévitation. La Néerlandaise a déjà levé les bras 16 fois avec, parmi ses haut-faits, trois victoires d'étape et le classement général de la RideLondon-Classique, trois étapes sur le Women's Tour et quatre étapes sur le Baloise Ladies Tour, juste avant le Tour de France. C'est simple : lors d'un sprint massif, seule la championne du monde italienne Elisa Balsamo a été en mesure de la priver de succès cette année. Et encore, à deux reprises seulement. Hommes et femmes confondus, elle est tout simplement LA coureuse.

Si Lorena Wiebes n'a pas les talents de grimpeuse nécessaires à une victoire finale, elle devrait avoir encore quelques occasions de briller sur le Tour de France, à commencer par la deuxième étape entre Meaux et Provins. Et viser le maillot vert ?

"Demain l'étape est vraiment importante", se projette déjà Wiebes. "Le maillot vert, nous n'allons pas y laisser une énergie folle", assure-t-elle. "Il y aura le (classement) général à jouer avec Juliette (Labous, la meilleure chance française)."

La maillot jaune sait aussi jouer collectif.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles