Lordon, Piketty, Pinçon-Charlot soutiens de la grève : quel intellectuel pour succéder au Bourdieu de 1995 ?

*

"Il y a quelque chose qui va se trouver mis en accusation le 5 décembre, et c’est un monde", explique l’économiste-philosophe Frédéric Lordon, au micro de Frédéric Taddei, qui lui consacre une émission complète ce 2 décembre. Il y a trois ans, lors de Nuit debout, le marxo-spinoziste affirmait déjà rejeter "la loi Travail (de Myriam El Khomri – ndlr) et son monde", en référence aux zadistes qui combattaient "l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et son monde". Il était alors question pour Lordon, qui appelait à la grève générale, de dépasser la lutte contre une loi et de remettre en question le néolibéralisme, voire le capitalisme.

La mobilisation intellectuelle

L’économiste n’est pas le seul à être sorti du bois. Depuis quelques jours, les prises de positions, en faveur des grévistes, se multiplient dans le monde intellectuel. Après le sociologue communiste Bernard Friot, les économistes Thomas Porcher et Thomas Piketty



Lire la suite