L'optimisme dominant prolonge le rally de fin d'année

par Marc Angrand
·3 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Wall Street devrait poursuivre sa progression et les Bourses européennes sont toujours bien orientées à mi-séance mardi, l'optimisme suscité par les campagnes de vaccination contre le coronavirus, l'accord sur le Brexit et les progrès de la relance aux Etats-Unis prolongeant le rally de fin d'année des actions.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,4% environ, et donc de nouveaux records puisque le Dow Jones, le Standard & Poor's 500 et le Nasdaq Composite ont tous trois inscrit des plus hauts historiques lundi.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,44% à 5.612,70 points vers 11h45 GMT après un pic à 5.625,52, son plus haut niveau depuis le 26 février. A Londres, où les marchés étaient restés fermés lundi, le FTSE 100 prend 2,15% et à Francfort, le Dax avance de 0,27%, à des niveaux record.

L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,43%, le FTSEurofirst 300 de 0,86% et le Stoxx 600 progresse de 0,96%, au-dessus de 400 points pour la première fois depuis dix mois.

A Tokyo, le Nikkei a quant à lui fini la journée au plus haut depuis août 1990, affichant un gain de 2,66% sur la séance, sa meilleure performance depuis juin.

Si plusieurs pays confrontés à une recrudescence des cas de contamination par le coronavirus prennent de nouvelles mesures de confinement ou débattent de leur opportunité, l'espoir de voir les campagnes de vaccination favoriser la reprise économique en 2021 continue donc de profiter aux actions.

Ces dernières bénéficient aussi du soulagement provoqué par l'accord entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur leur relation commerciale post-Brexit et des progrès des mesures de relance aux Etats-Unis, où le Sénat doit désormais se prononcer sur une augmentation des aides aux ménages, à 2.000 dollars contre 600 dollars pour l'instant.

VALEURS EN EUROPE

Parmi les principaux bénéficiaires des espoirs placés par les investisseurs dans la vaccination à grande échelle contre le coronavirus, AstraZeneca gagne 4,56% à Londres.

Emblématiques de l'effet porteur des espoirs de reprise, les valeurs du tourisme et du transport aérien restent recherchées: TUI, Lufthansa et Air France-KLM prennent respectivement 8,02%, 7,18% et 3,23%.

A Francfort, SAP s'adjuge 2,03% après le dépôt par sa filiale américaine Qualtrics d'un projet d'introduction en Bourse aux Etats-Unis.

A la baisse, les banques souffrent du recul des rendements obligataires: leur indice de référence cède 0,75% et parmi les replis les plus marqués du secteur, ING perd 1,07%, Intesa Sanpaolo 0,57%, Crédit agricole 0,53%.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans est en légère hausse à 0,9414% alors que les rendements de référence européens reculent encore, à -0,576% pour le Bund allemand à dix ans.

CHANGES

Toujours pénalisé par l'intérêt des investisseurs pour les actifs plus risqués, le dollar baisse toujours face aux autres grandes devises (-0,33%), non loin de son récent plus bas de plus de deux ans et demi.

L'euro continue de monter et se traite autour de 1,2250 dollar, en profitant de la hausse du billet vert mais aussi des informations sur la conclusion possible dans les jours à venir d'un accord entre l'Union européenne et la Chine sur les investissements.

La livre sterling, qui restait sur deux séances consécutives de baisse, reprend du terrain face au billet vert (+0,39%) mais est quasi stable face à la monnaie unique (+0,12%).

PÉTROLE

L'espoir de voir les mesures de relance votées aux Etats-Unis doper la demande de produits pétroliers soutient la hausse des cours du baril: celui du Brent gagne 1,26% à 51,50 dollars le baril et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,32% à 48,25 dollars.

AUCUN INDICATEUR ÉCONOMIQUE MAJEUR À L'AGENDA

(Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)