L'opposant russe Navalny peut avoir un arrêt cardiaque "d'une minute à l'autre"

·2 min de lecture

Le principal détracteur du Kremlin a arrêté de s'alimenter le 31 mars pour protester contre ses mauvaises conditions de détention, accusant l'administration pénitentiaire de lui refuser l'accès à un médecin et des médicaments alors qu'il souffre d'une double hernie discale selon ses avocats.

Des médecins proches de l'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny, malade et en grève de la faim, ont exigé samedi d'être autorisés à le voir immédiatement, affirmant qu'il peut avoir un arrêt cardiaque "d'une minute à l'autre". Le principal détracteur du Kremlin a arrêté de s'alimenter le 31 mars pour protester contre ses mauvaises conditions de détention, accusant l'administration pénitentiaire de lui refuser l'accès à un médecin et des médicaments alors qu'il souffre d'une double hernie discale selon ses avocats.

Le médecin personnel de l'opposant de 44 ans, Anastassia Vassilieva, et trois autres docteurs dont un cardiologue ont demandé un accès immédiat à M. Navalny, selon une lettre adressée aux services pénitentiaires russes et publiée samedi sur le compte Twitter de Mme Vassilieva. Selon elle, le niveau de concentration de potassium dans le sang de M. Navalny a atteint un niveau "critique" de 7,1 mmol/L (millimoles par litre), "ce qui signifie à la fois une fonction rénale altérée et que de graves problèmes de rythme cardiaque peuvent survenir d'une minute à l'autre".

À lire, Vladimir Fédorovski : "Alexeï Navalny est une bête politique"

"

Si le traitement ne débute pas, il mourra dans les prochains jours.

"

"Un patient avec un tel taux de potassium doit être observé en soins intensifs, car une arythmie fatale peut se développer à tout moment. Décès par arrêt cardiaque", a abondé sur Facebook le cardiologue Iarolav Achikhmine. Le porte-parole de l'opposant, Kira Iarmych, a pour sa part cité sur Twitter le médecin Alexandre Poloupane, qui avait déjà soigné M. Navalny, disant que "c'est une indication totale d'hospitalisation. Si le traitement ne débute pas, il mourra dans les prochains jours".

Alexeï Navalny a(...)


Lire la suite sur Paris Match