L'opposant russe Navalny condamné en appel et menacé d'une détention en camp de travail

·2 min de lecture

Alexeï Navalny, visé par de multiples procédures judiciaires, a vu samedi sa peine d'emprisonnement confirmée en appel mais légèrement réduite à deux ans et demi, et risque désormais d'être transféré dans un camp de travail.

Le principal adversaire du Kremlin, Alexeï Navalny, visé par de multiples procédures judiciaires, a vu samedi sa peine d'emprisonnement confirmée en appel mais légèrement réduite à deux ans et demi, et risque désormais d'être transféré dans un camp de travail. Il s'agit de la première longue peine de M. Navalny confirmée en appel en près d'une décennie de démêlés avec les autorités. Revenu en Russie en janvier d'une convalescence en Allemagne après un empoisonnement dont il tient le président Vladimir Poutine pour responsable, Alexeï Navalny a été arrêté dès son arrivée. Il a ensuite écopé, le 2 février, de deux ans et huit mois d'emprisonnement.

Samedi, un juge de Moscou a légèrement réduit cette sentence d'un mois et demi, en prenant en compte une période passée par l'opposant en assignation à résidence, selon une journaliste de l'AFP présente à l'audience.

Au final, le militant anti-corruption de 44 ans devra purger une peine d'environ deux ans et demi de prison. Dans cette affaire, la justice a converti une peine de prison avec sursis pour fraude datant de 2014 en sentence ferme, pour violation de contrôle judiciaire. Dénonçant une décision "attendue" et "illégale", l'un de ses avocats, Vadim Kobzev, a indiqué que son client allait faire appel en cassation.

Bible et Harry Potter

Présent à l'audience, le visage souriant, l'opposant a rejeté cette accusation en disant n'avoir jamais voulu se dérober aux autorités russes en allant en Allemagne et les avoir averties de son retour. "J'ai acheté un billet et j'ai dit à tout le monde que je rentrais à la maison (...) C'est juste absurde", a-t-il affirmé à la juge. La procureur, Elizaveta Frolova, a rétorqué en affirmant que l'opposant avait "ouvertement et effrontément"(...)


Lire la suite sur Paris Match