L'opposant éthiopien Békélé Gerba remis en liberté

L'opposant éthiopien Békélé Gerba remis en liberté

ADDIS-ABEBA (Reuters) - Un chef de l'opposition éthiopienne, Békélé Gerba, a été libéré mardi, plus de deux ans après son arrestation survenue lors des manifestations massives contre les expropriations.

Le vice-président du Congrès fédéraliste Oromo (OFC) avait été arrêté en décembre 2015. Il a été inculpé dans un premier temps d'appartenance à un groupe terroriste, puis uniquement d'incitation à la violence.

Il avait été condamné le 5 février à six mois de prison pour outrage à magistrat. Le mois dernier, il avait également été condamné à six mois de prison pour avoir entonné un chant politique en plein tribunal.

Mardi, des manifestants ont protesté pour la seconde journée consécutive contre la détention de prisonniers politiques.

De grandes foules ont été vues dans les villes de Woliso et Jimma, dans la région d'Oromia, au sud-ouest d'Addis-Abeba. Des routes étaient bloquées ailleurs, comme à Legetafo, à 20 km au nord-est de la capitale.

Les manifestants dénonçaient le maintien en détention de Békélé Gerba, alors que le gouvernement gracie des prisonniers politiques accusés de participation à une entreprise terroriste.

Près de 6.000 prisonniers, dont le président de l'OFC Merera Gudina, ont été libérés cette année dans le cadre de réformes visant à apaiser les tensions dans le pays.

L'Ethiopie est secouée par des violences depuis près de trois ans. Les premières manifestations ont éclaté dans la province d'Oromia pour protester contre des expropriations.

Les rassemblements sur les droits fonciers se sont mués au fil des mois en manifestations contre le gouvernement, notamment après les arrestations de Merera Gudina et Békélé Gerba.


(Aaron Maasho, Arthur Connan pour le service français, édité par Gilles Trequesser)