Quand l'opéra vient à la maison : le succès des spectacles en streaming, "une musique qui fait du bien"

Thierry Fiorile
·1 min de lecture

"Un artiste qui ne se produit pas, ce n'est pas un artiste qui se repose, ce n'est pas un artiste qui est en pause", confie Julie Fuchs, artiste lyrique, qui interprète Pamina, l'un des rôles principaux de La flûte enchantée. L'œuvre se joue vendredi 22 janvier, sans public. Ou plutôt, sans public dans la salle, car du monde est attendu via écran interposé. L'Opéra de Paris la diffuse à 19h30, en direct de sa salle de Bastille, sur sa plateforme numérique payante. Une formule qui a déjà fait ses preuves : la diffusion du ballet La Bayadère, en décembre, avait comptabilisé 10 000 vues payantes. Faute de mieux, le public est prêt à payer, en attendant la réouverture des salles.

Sans production sur scène, "nous pouvons potentiellement régresser", explique Julie Fuchs. "Nous sommes des sportifs, on a en tous cas besoin d'un entraînement quotidien. Et l'entraînement, au bout d'un moment, ne peut pas se faire seul chez soi, on doit pratiquer notre art et pour ça on a besoin du public."

Sur sa plateforme chezsoi.operadeparis.fr, l'Opéra de Paris propose ainsi des concerts, des opéras ou des ballets : 11,90 euros en live, 7,90 euros en replay. Une évolution (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi