L'Opéra, la tour Eiffel, les musées de la Ville... Les institutions parisiennes ferment samedi

agence, AFP
Samedi dernier, place de l'Étoile à Paris. / ALAIN JOCARD/AFP

En prévision de nouvelles manifestations de gilets jaunes prévues samedi à Paris, musées, salles de spectacles et haut lieux du tourisme annoncent les uns à la suite des autres qu'ils resteront portes closes. État des lieux.

Une dizaine de musées parisiens ont décidé de ne pas ouvrir leurs portes samedi, et l'Opéra a annulé ses représentations alors que de nouvelles actions des «gilets jaunes» sont annoncées dans la capitale ce jour-là, ont indiqué jeudi ces établissements. «Compte tenu des manifestations annoncées à Paris samedi, l'Opéra Bastille et le Palais Garnier seront fermés et toutes les activités publiques sont annulées», a averti l'Opéra national sur les réseaux sociaux.

Sept musées et sites patrimoniaux administrés par la Ville de Paris et situés dans divers quartiers de la capitale, seront fermés, a indiqué Paris Musées. Outre le Petit Palais, le Musée d'art moderne de la Ville de Paris, le musée Cernuschi, la maison de Victor Hugo, le musée Cognacq-Jay, la crypte archéologique de l'île de la Cité située sous le parvis de Notre-Dame et les Catacombes garderont leurs portes closes.

Situé près de l'avenue des Champs-Élysées, le Grand Palais n'ouvrira pas ses portes samedi, comme la semaine dernière. Il propose en ce moment des expositions sur la Venise du XVIIIe siècle, le peintre Miro ou encore Michael Jackson. Les billets déjà achetés resteront valables jusqu'à la fin de chaque exposition, précise la Réunion des musées nationaux (RMN). Le Palais de la découverte, situé dans une aile du Grand Palais, n'ouvrira pas non plus samedi «par mesure de prévention», a indiqué l'établissement chapeauté par Universcience.

La tour Eiffel sera également fermée. «Les manifestations annoncées samedi 8 décembre à Paris ne permettant pas d'accueillir les visiteurs dans de bonnes conditions de sécurité, la Sete a pris la décision de fermer la tour (...)

Lire la suite sur Figaro.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :