L'Opéra de Lyon et le Grand Théâtre de Bordeaux rejoignent la cinquantaine de salles occupées

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

"Qu'on nous donne des perspectives" : elles sont désormais près de 50 salles à être occupées à travers la France, dont l'Opéra de Lyon et le Grand Théâtre de Bordeaux depuis le lundi 15 mars. Intermittents et étudiants réclament la réouverture des lieux culturels et le retrait des projets de décret de la réforme de l'assurance-chômage.

Effet boule de neige

A l'Opéra de Lyon, l'une des principales scènes lyriques françaises, une cinquantaine d'étudiants issus des filières artistiques de la ville sont entrés lundi 15 mars au matin dans le bâtiment icônique du XIXe siècle. "On fait un métier qui, en dehors de l'école, est totalement à l'arrêt et on se demande bien ce qui va se passer à notre sortie", s'inquiète Kainana Ramadani, comédienne en dernière année de formation. Comme dans certains théâtres, fermés depuis le 30 octobre, les étudiants concentrent leur présence dans le hall car des répétitions - qui sont autorisées - ont lieu dans la salle. La direction de l'Opéra s'est dit "à l'écoute" des inquiétudes des étudiants "qui seront demain les artistes et les artisans de notre vie culturelle".

A Bordeaux, plusieurs dizaines de personnes ont occupé en fin d'après-midi (lundi) le hall du Grand Théâtre de Bordeaux, et une quinzaine d'entre elles avaient prévu d'y passer la nuit. La mairie, qui gère ce monument historique, a demandé le respect d'une jauge de 30 personnes. "On occupe un bâtiment classé et fragile, alors on en prend soin ! Et on respecte le protocole Covid, on (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi