L’ONU et la Maison-Blanche condamnent les violences aux obsèques de Shireen Abu Akleh

Le cercueil de la journaliste abattue, porté par la foule à Jérusalem le 13 mai.
Le cercueil de la journaliste abattue, porté par la foule à Jérusalem le 13 mai.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, est « profondément troublé » par le comportement « de certains policiers » israéliens à l'hôpital Saint-Joseph de Jérusalem-est lors de la sortie du cercueil de la journaliste Shireen Abu Akleh, a dit vendredi 13 mai un porte-parole. Le « trouble » du chef de l'ONU concerne aussi les « affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens rassemblés à l'hôpital Saint-Joseph », a indiqué ce porte-parole, Farhan Haq. « Il continue d'exhorter au respect des droits humains fondamentaux, y compris les libertés d'opinion et d'expression, et de réunion pacifique », a-t-il ajouté.

La Maison-Blanche s'est dite également « profondément troublée » par les images des obsèques de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh, marquées par une charge de la police israélienne au départ du cortège funèbre. « Nous avons tous vu ces images, elles sont profondément troublantes », a déclaré la porte-parole Jen Psaki. « Nous déplorons l'intrusion dans ce qui aurait dû être une procession dans le calme », a-t-elle ajouté. « Nous avons demandé du respect pour la procession funèbre, les proches de la défunte et la famille dans ce contexte sensible », a poursuivi Jen Psaki, en rendant hommage à la « journaliste remarquable » tuée mercredi lors d'un raid israélien en Cisjordanie occupée.

À LIRE AUSSICisjordanie : la journaliste Shireen Abu Akleh tuée lors d'affrontements

Le cercueil manque de tomber

À la so [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles