L'Onu demande une enquête sur des massacres de villageois au Mozambique

·1 min de lecture
L'ONU DEMANDE UNE ENQUÊTE SUR DES MASSACRES DE VILLAGEOIS AU MOZAMBIQUE
L'ONU DEMANDE UNE ENQUÊTE SUR DES MASSACRES DE VILLAGEOIS AU MOZAMBIQUE

JOHANNESBURG (Reuters) - Les Nations unies ont exhorté le Mozambique à enquêter sur des massacres de villageois dans le nord du pays, plusieurs médias locaux faisant état notamment de décapitations et d'enlèvements de femmes et d'enfants.

Au moins 50 personnes ont trouvé la mort ces derniers jours dans des attentats perpétrés par des combattants liés à l'État islamique, ont rapporté les médias locaux, dont Mediafax et The Pinnacle News.

Des islamistes armés sont actifs dans la province de Cabo Delgado, frontalière de la Tanzanie, depuis 2017. Ils s'y sont emparés de villes clés pendant de brèves périodes et ont frappé cette années plusieurs cibles militaires.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a demandé mardi la tenue d'une enquête. "Le secrétaire général est choqué par les récentes informations faisant état de massacres par des groupes armés non étatiques dans plusieurs villages (...) y compris la décapitation et l'enlèvement de femmes et d'enfants", a déclaré son porte-parole dans un communiqué.

Le gouvernement mozambicain n'a pour le moment pas répondu à la demande de l'Onu.

"Au Mozambique, plus de 50 personnes ont été décapitées, des femmes kidnappées, des villages pillés puis incendiés. Des barbares détournent une religion de paix pour semer la terreur(...)", a réagi pour sa part Emmanuel Macron. "Des barbares détournent une religion de paix pour semer la terreur: le terrorisme islamiste est une menace internationale qui appelle une réponse internationale", ajoute-t-il sur son compte Twitter.

(Promit Mukherjee à Johannesbourg et Manuel Mucari à Maputo, version française Kate Entringer)